Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Europe, Monde > #Institutions > Brèves européennes : 4 millions de jeunes ont bénéficié d’Erasmus en 30 (...)

Brèves européennes : 4 millions de jeunes ont bénéficié d’Erasmus en 30 ans

samedi 21 janvier 2017

Démarré en 1987, le programme Erasmus a permis à près de 4 millions de jeunes Européens, étudiants d’abord, également apprentis ensuite, d’aller dans un autre pays pour un échange universitaire, un stage ou une période en entreprise. Ce peut être d’un semestre à un an pour les étudiants, de 2 semaines à 12 mois pour les apprentis. Destinations possibles : les 27 autres pays de l’UE, la Macédoine, l’Islande, le Lichtenstein, la Norvège et la Turquie, voire au-delà (Erasmus mundus).

Alors que certains s’inquiétaient du financement de la poursuite de ce programme, en fait depuis 2014 le budget (Erasmus + depuis 2014) a été augmenté de 40 % pour les années 2014-2020, à 14,7 milliards d’euros, soit pour 5 millions de jeunes Européens. L’UE apporte une bourse, différente selon le coût de la vie du pays d’accueil, et qui peut se jumeler avec celle du pays de départ (Crous en France), ce qui permet d’éviter un élitisme possible des bénéficiaires, mais laisse cependant un reste financier à charge. Des prêts sont également possibles pour le niveau master. Les enseignants, formateurs et chercheurs peuvent aussi en bénéficier, avec un projet de 800 000 bénéficiaires de 2014 à 2020.

Les jeunes Français ne sont pas en reste, eux qui ont de plus en plus envie d’avoir un temps de césure pendant leur formation : 600 000 sont partis avec Erasmus, 2ème position derrière les jeunes Espagnols et devant les Allemands, les Italiens et les Polonais. Également 75 000 enseignants et formateurs sont partis. Et la France est la 3ème destination des jeunes étudiants européens derrière l’Espagne et l’Allemagne, devant le Royaume-Uni et l’Italie. Elle bénéficie de 1,26 milliard d’euros dans le budget Erasmus + de 2014-2020.

Erasmus représente une façon de développer la connaissance du reste de l’UE, un apprentissage du travail en commun, une expérience de vie dans une culture un peu différente, l’apprentissage d’une langue et une harmonisation des enseignements et cursus universitaires européens : un atout d’avenir pour l’UE. Malgré ses lourdeurs administratives, le fait qu’il ne touche encore qu’une minorité (5 % des diplômés par an) et que toutes les demandes ne sont pas satisfaites (seulement les 2/3 en France), Erasmus est une réussite européenne.


Source