Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Dialogue social > Territorial > Accord départemental pénibilité

Accord départemental pénibilité

dimanche 29 janvier 2012

Ariège : Commission paritaire interprofessionnelle (CPI) et formation des acteurs sociaux à l’élaboration d’accords sur la pénibilité. La commission paritaire interprofessionnelle (CPI) de l’Ariège a pris l’initiative de de s’engager dans la formation des acteurs économiques et sociaux du département à l’élaboration d’accords et plans d’action sur la pénibilité.

Les CPI locales sont une possibilité inscrite dans le code du travail. Lieux de concertation locale, elles réunissent employeurs et syndicats de salariés afin d’améliorer et d’appliquer localement les accords collectifs, d’anticiper et faciliter la résolution de problèmes individuels et collectifs, de renforcer le dialogue sur toute question relevant du domaine de compétence des partenaires sociaux./

La CPI ( commission paritaire interprofessionnelle) départementale de l’Ariège, avec l’appui de l’unité territoriale de la DIRECCTE (direction régionale de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) et du MIDACT (association régionale pour les conditions de travail) a ainsi organisé une journée de formation, à trois reprises, des acteurs de l’entreprise pour qu’ils s’approprient et développent le dialogue social sur la pénibilité. Plus de cinquante entreprises ont ainsi participé, dont des chefs d’entreprises (26), des syndicalistes (une quarantaine d’élus du personnel), des DRH, des cadres d’entreprises… Dans un quart des cas, les deux parties à la négociation étaient présentes, ce qui facilite ensuite le dialogue en entreprise.

Même si, depuis le 1er janvier, les accords devraient être mis en place, tous les bilans montrent que peu d’entreprises se sont vraiment préparées à cette échéance. Une telle initiative est donc utile, pour rattraper le temps perdu et enfin traiter contractuellement de la pénibilité et améliorer les conditions de travail dans les entreprises. …Et, pourquoi pas, le dialogue social.