Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Conditions d’emploi > Conditions de travail > Accord triennal intéressant sur la pénibilité au travail

Accord triennal intéressant sur la pénibilité au travail

mercredi 30 octobre 2013

Schaeffler France a conclu un accord sur la pénibilité pour les 2 350 salariés de ses établissements d’Haguenau et de Châtillon. Accord triennal sur la pénibilité au travail avec les cinq syndicats CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT et FO. Cette entreprise bavaroise est spécialiste de la conception et de la production de roulements pour les machines-outils.

Quatre facteurs de pénibilité
Selon les signataires, les situations de pénibilité auxquelles les salariés sont collectivement exposés sont déjà identifiées. Les facteurs de pénibilité, pour lesquels il est nécessaire de poursuivre les améliorations, sont l’objet de cet accord.

Les salariés de Schaeffler sont exposés à des contraintes physiques marquées, tenant à la manutention manuelle de charges et aux postures pénibles de travail, qui sont définies comme des positions forcées des articulations. Ils rencontrent aussi un environnement de travail agressif, à cause de l’utilisation d’agents chimiques et du bruit.

La cotation et l’adaptation des postes de travail
L’entreprise indique qu’elle dispose de membres du personnel ayant les compétences pour dispenser une formation en gestes et postures. Celle-ci s’adressera à l’ensemble du personnel « agents de production ».

Par ailleurs, Schaeffler a mis au point un outil de cotation ergonomique, permettant d’évaluer les contraintes d’un poste. Des salariés référents - huit à Haguenau - sont formés pour utiliser cette grille. Ils travaillent en binôme (un référent du secteur de production et un référent du service médical ou du service hygiène et sécurité). L’accord fixe donc un objectif, portant sur la cotation des postes aux contraintes physiques marquées, avec au minimum 45 cotations par an.

Il y ajoute l’engagement de réaliser des plans d’action pour améliorer les conditions de travail. Schaeffler s’engage aussi à inclure l’ergonomie dans la conception des procédés de production et des organisations du travail.

L’amélioration de l’environnement
Le personnel soumis au bruit sera formé, l’entreprise mettant déjà à disposition des personnes des zones les plus exposées (au-delà de 85 décibels) des bouchons moulés. Schaeffler, qui dispose déjà d’une cartographie des mesures de bruit couvrant l’ensemble des bâtiments des deux sites, l’actualisera au moins tous les cinq ans et, en tout état de cause, en cas de modification majeure impactant un poste de travail ou un bâtiment.

S’agissant des agents chimiques, Schaeffler assimilera aux produits classés dangereux par la réglementation européenne d’autres composés chimiques (fumée de soudage et aérosols). Elle poursuivra l’affichage d’informations simplifiées au poste de travail et l’analyse hebdomadaire de certains lubrifiants et liquides. Elle n’utilisera pas de CMR (produits cancérogènes etmutagènes..

Le maintien en activité
L’entreprise sera « particulièrement attentive » au maintien dans l’emploi des seniors, des travailleurs handicapés et des salariés exposés aux facteurs de pénibilité. Son effort reposera sur des changements d’affectation des salariés de plus de 55 ans ou ayant travaillé au moins 30 ans en cycle posté de nuit sur un poste sans travail de nuit, à leur demande, dans un délai de six mois au plus. Schaeffler s’engage aussi à prendre en compte les conditions de travail dans les parcours professionnels, à partir de 45 ans. Cet effort pourra prendre la forme d’un plan de formation, permettant la mise en œuvre d’une mobilité.