Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Europe, Monde > #Dialogue social > Application des normes OIT dans les entreprises européennes

Application des normes OIT dans les entreprises européennes

dimanche 6 novembre 2011

Vigeo a mené deux études sur l’application par les entreprises européennes des normes de l’OIT, d’une part en matière de non discrimination et d’autre part en matière de restructurations responsables. En voici un résumé avec le classement européen des meilleures. Les deux études concluent à l’importance de l’engagement des dirigeants.

Politique de non-discrimination et promotion de l’égalité dans l’emploi et la profession

Vigeo a mesuré la capacité des entreprises à garantir le respect des droits de l’homme, à en prévenir les risques de violation, directement, par négligence ou par complicité, ainsi que leur contribution à la promotion de ces droits sur les lieux de travail et dans la société au sens large.

Vigeo a mesuré la capacité des entreprises à assurer un travail décent à leurs collectifs de travail, à améliorer en continu les conditions d’emploi, de travail et les relations professionnelles, à intégrer le respect de la conformité avec les normes de l’OIT dans leurs chaînes d’approvisionnement et dans le pilotage de leurs filiales à l’échelle mondiale et à intégrer le contrôle du respect des normes fondamentales du travail dans leurs dispositifs d’audit.

Menée sur 18 pays européens et 34 secteurs d’activités, cette étude révèle notamment que :

  1. - Les discriminations, notamment contre les femmes, même quand elles sont manifestes, font encore peu l’objet de poursuites et de condamnations. Au niveau européen, 4 entreprises sur 100 sont l’objet d’allégations ou de condamnations pour ce motif.
  2. - Les progrès sont réels mais inégaux avec des engagements de plus en plus clairement affichés contre la discrimination, mais en appui sur des moyens le plus souvent limités à de la sensibilisation ou de la formation.
  3. - La prévention des risques de discrimination est rarement intégrée à l’ordre du jour des délibérations des conseils d’administration..
  4. - Les secteurs les plus avancés sont ceux de l’automobile, des produits chimiques, de l’eau et de l’assainissement. A l’inverse, les secteurs les moins engagés dans ce processus sont ceux des biens et des services industriels, des services financiers généraux et de l’Industrie agro-alimentaire.

« Nous savions que les comportements des entreprises sont influencés par les législations nationales et les appartenances sectorielles. Cependant, cette étude montre encore une fois qu’en responsabilité sociale, ce qui fait la différence, c’est la fonction dirigeante et sa capacité de dialogue ».
Vigeo

EntrepriseSecteurPays
E ON AG Energie Allemagne
PSA Automobile France
Rhodia Chimie France
Aviva Assurance Royaume Uni
Novo Nordisk Pharmacie Danemark
Bayer Chimie Allemagne
EDF Energie France
Repsol Energie Espagne
Serco GRP Service aux entreprises Royaume Uni
TF1 Communication Audiovisuel France

Gestion responsable des opérations de restructurations

L’étude révèle que :

  1. - Une large majorité d’entreprises ne diffuse pas d’information sur la manière dont elles gèrent les restructurations.
  2. - Rares sont les entreprises à avoir déployé une approche stratégique. Le recours à des mesures telles que la retraite anticipée ou la compensation financière est encore très répandu. La réduction temporaire du temps de travail reste exceptionnelle et les possibilités de mobilité interne ou de formation professionnelle sont rarement appliquées.
  3. - La majorité des entreprises ne recourt pas à la négociation,
  4. - Une minorité d’entre elles s’est engagée dans des dispositifs de sauvegarde de l’emploi,
  5. - Les travailleurs temporaires et intérimaires ne bénéficient pas des mesures mises en place.

Le secteur bancaire obtient la meilleure performance, suivi par le secteur des mines & métaux et des assurances. Les secteurs où s’observent les pratiques de dialogue social les plus probantes sont aussi ceux qui affichent les pratiques de gestion des restructurations les plus conformes aux normes de l’OIT.

La France est le pays où les entreprises cotées affichent les performances les plus avancées, suivi de la Belgique.

« Si les restructurations sont inhérentes au marché, ni leur conception, ni leur conduite, ni leurs effets sociaux ne sont jamais écrits à l’avance. La capacité d’une entreprise à intégrer les principes de responsabilité énoncés par l’OIT améliore les chances de succès et l’acceptabilité d’une restructuration ».
Vigeo

EntrepriseSecteurPays
Danone Agroalimentaire France
TNT Transport logistique Pays Bas
Dexia Banque Belgique
PSA Automobile France
Deutsche Postbank Banque Allemagne
Bonduelle Agroalimentaire France
Novo Hydro Mines & métaux Norvège
Commerzbank Banque Allemagne
Koninkijke Chimie Pays bas
SNS Banque Pays bas
Total Energie France