Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Société > Politique > Changer la constitution pour garantir l’égalité femmes hommes

Changer la constitution pour garantir l’égalité femmes hommes

mercredi 31 janvier 2018

L’appel du 18 décembre, porté par le Laboratoire de l’égalité, demande une modification de la Constitution pour y inscrire le principe irrévocable d’égalité devant la loi sans distinction de sexe.

Des dizaines d’associations, de syndicats, de partis et de personnalités se mobilisent, à l’appel du Laboratoire de l’égalité, pour garantir l’Égalité femmes hommes dans la Constitution. Cet appel vise à modifier trois mots dans l’article premier de la Constitution pour que les droits des femmes soient établis sur un socle indiscutable. Ces aménagements clarifieraient le texte fondateur de la République française et engageraient ses dirigeants et dirigeantes et la société tout entière.

La Constitution, en son article premier actuel, énonce que la loi « favorise » l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales. Beaucoup estiment que cette formulation est trop prudente et qu’elle laisse de nombreuses pratiques inégalitaires subsister dans la vie sociale, politique et économique. Ainsi, les femmes ne représentent que 16 % des maires et 15 % des dirigeantes économiques ; à compétences égales, elles sont payées en moyenne 19 % de moins que les hommes et 80 % d’entre elles indiquent qu’elles sont régulièrement confrontées à des attitudes et des décisions sexistes.

Voici la proposition de nouveau texte :

La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens et les citoyennes sans distinction de sexe, d’origine, de race, ou de religion ... La loi garantit l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales.

Une façon de faire avancer l’égalité femmes / hommes dans le texte fondateur de la République, même si le passage à la mise en œuvre ne sera pas toujours simple.


Source