Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Entreprise > Catégories d’entreprise > Création d’entreprises et autoentreprenariat

Création d’entreprises et autoentreprenariat

mercredi 1er décembre 2010

Par rapport à 2009, les créations d’entreprises en France ont augmenté de 16,7 % en septembre 2010, hors auto-entrepreneurs, et de + 31,4 % lorsqu’on y adjoint les créations d’auto-entrepreneurs en données brutes, selon les données publiées par l’INSEE. L’institut a recensé 57 820 créations d’entreprises le mois dernier, dont 31 224 auto-entrepreneurs. La construction et l’immobilier sont les activités qui ont le plus contribué à cette hausse.

Sur les neuf premiers mois de l’année, le nombre des créations d’entreprises atteint 473 892 en données brutes, un chiffre en hausse de 11 % sur un an. La progression atteint 19,8 % pour les auto-entrepreneurs, à 276 010, soit 58 % de ce total.

Le statut d’auto-entrepreneur a toujours le vent en poupe. Il a séduit 322 000 personnes l’an dernier et le gouvernement en attend autant cette année, un objectif qui devrait être aisément atteint au rythme actuel.

A la fin du deuxième trimestre 2010, le nombre d’autoentrepreneurs dépassait les 500 000. Le chiffre d’affaire frôlait les 600 millions d’euros. Mais la part des auto-entrepreneurs déclarant avoir réalisé un chiffre d’affaires n’est que de la moitié d’entre eux. Prendre le statut n’enclenche pas automatiquement une activité. Soit certains ont cédé à une envie, un rêve, mais ne le mettront pas en œuvre. Le projet n’étant pas réaliste ou l’auto-entrepreneur pas assez efficace. Soit, il faut du temps à l’autoentrepreneur qui ne lâche pas pour autant son projet.

Les artisans voient toujours dans ce dispositif une concurrence déloyale et le secrétaire d’Etat aux PME se dit disposé à revoir le dispositif. A suivre.

Au-delà de ces questions de déclaration d’activité et de chiffre d’affaires, les chiffres révèlent l’envie d’entreprendre qui sommeille chez de nombreux Français et Françaises et en même temps le rejet des formes collectives de travail ou d’un management stressant ou humiliant.

Le secrétariat d’Etat chargé du commerce et de l’artisanat a présenté le 20 octobre 2010 une évaluation qui dresse un portrait des auto-entrepreneurs.

La majorité sont des hommes et les 25-34 ans sont les plus nombreux. 34% des auto-entrepreneurs sont des artisans, 32% des commerçants, 31% des professions libérales. Deux secteurs dominent : celui du commerce, transports, hébergement, restauration et celui des services aux entreprises. Ensuite viennent les services aux particuliers, la construction, l’enseignement, la santé, l’action sociale.

Un an après sa création, seulement 12% de ceux qui ont créé leur entreprise au cours des trois premiers trimestres 2009 ont abandonné.

Un succès qui interroge

Quelle explication donner à ce mouvement de créations d’entreprise et d’adoption du statut d’auto entrepreneur ? Même s’il y a des abus, du travail noir, des pressions d’entreprise sur des salariés, la croissance de ces créations est réelle et ne s’explique que par le choix des individus. Alors, envie d’être autonome ? Rejet des formes actuelles de subordination et de management ? Le salariat, passerait-il de statut désiré à statut rejeté ?