Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Société > Populations > De moins en moins de femmes au foyer

De moins en moins de femmes au foyer

samedi 9 novembre 2013

14 % de femmes au foyer en France.

2,1 millions sur 15 millions de femmes de 20 à 59 ans non étudiantes n’exercent pas d’activité professionnelle et vivent en couple. Elles étaient 3,5 millions, soit 24 %, en 1991.

Elles sont en moyenne moins diplômées que les femmes actives, mais le sont plus qu’il y a 20 ans.
Quatre sur cinq ont un conjoint actif, qui est ouvrier dans 40 % des cas. Les 20 % de conjoints inactifs sont souvent des conjoints retraités de femmes au foyer quinquagénaires.
Car 37 % sont quinquagénaires (25 % chez les actives) et représentent 34 % de cette tranche d’âge. La proportion des jeunes femmes inactives chez les 20 à 34 ans est forte aussi, à 20 % de la tranche d’âge.

Cependant, 4 femmes au foyer sur 5 ont déjà travaillé. Et les raisons de l’arrêt de l’activité ont beaucoup changé. Alors qu’il y a 20 ans, 3 sur 5 cessaient pour des motifs personnels, maintenant c’est 1 sur 5 seulement. Plus d’1/3 arrêtent en raison de la fin d’un CDD, c’est la première raison.

De plus les interruptions sont plus souvent temporaires, liées à la présence d’enfants en bas âge. Si elles n’en ont pas ou plus, leur retrait de la vie active est plus définitif.

Les 2 sur 10 qui n’ont jamais travaillé sont beaucoup moins diplômées, avec 58 % ayant au plus le certificat d’études primaires, la moitié sont immigrées, et les 2/3 ont au moins un enfant.

Les femmes sans activité professionnelle en Europe

Le pourcentage de femmes en âge de travailler, mais inactives, baisse aussi au niveau de l’Europe. Il est de 35,7 % en 2009. Mais ces statistiques européennes ne se calent pas sur les mêmes tranches d’âge et incluent toutes les femmes de 15 à 64 ans, et comprennent ainsi toutes celles qui sont encore à l’école et université ou déjà retraitées.

Le taux de femmes de 25-54 ans hors travail est en France inférieur de plus d’un quart à la moyenne européenne qui concerne encore 22 % des femmes, pourcentage européen en forte baisse malgré tout ; la chute ralentit cependant depuis la crise.
Les femmes des pays du Nord (scandinaves et baltiques) sont beaucoup plus actives que celles des pays méditerranéens (Malte : 1 femme inactive sur 2, Italie, Grèce…).
Le motif principal de l’inactivité est, sans surprendre, la présence de jeunes enfants de moins de 6 ans ; dans ce cas leur taux d’inactivité monte à 31 %.

Pour les 55-64 ans, 60 % sont hors du travail (contre 41,5 % des hommes), avec des pics à Malte (88 %), en Pologne (77 %), et des chiffres faibles en Suède (30 %) et dans les pays baltes (34 à 40 %). La raison principale de cette inactivité est le passage à la retraite, loin devant les responsabilités familiales et les problèmes de santé et de handicap.

Quant aux jeunes de 15 à 24 ans, 56 % sont hors emploi, sans différence notable entre jeunes hommes et jeunes femmes. Leur situation dominante est les études (42,6 % des filles et 40,3 % des garçons), et ils sont inclus dans les inactifs si leurs études ne sont pas en alternance ou liées à un emploi. Seules 3,7 % des jeunes femmes sont inactives en raison de responsabilités familiales.


PS :

A lire sur le site de l’INSEE :
http://bit.ly/1bhgpm7

A lire sur le site d’ EUROSTAT :
http://bit.ly/1axvezT