Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Environnement économique > Emploi > Emploi et handicap - Chiffres clés 2017

Emploi et handicap - Chiffres clés 2017

samedi 28 juillet 2018

La loi « Avenir professionnel » doit comporter une série de mesures pour développer l’emploi des personnes handicapées et une deuxième phase de concertation doit se dérouler à l’automne. Il est donc utile de partir d’un état des lieux, de connaître la situation actuelle, avant les dispositions nouvelles qui vont être arrêtées.

Quel accès à l’emploi des personnes handicapées ?

2,7 millions de personnes en âge de travailler sont handicapées, soit 6,6 % des 15-64 ans.

Sur ce total, 938 000 personnes handicapées ont un emploi :

  • 70 % sont dans le secteur privé,
  • 22 % dans le public,
  • 8 % sont des indépendants. Une partie d’entre eux travaille dans des établissements adaptés :
  • 119 000 dans les Esat (établissements et services d’aide par le travail),
  • 34 000 dans des entreprises adaptées.

En revanche, 513 500 sont demandeurs d’emploi, soit un taux de chômage de 19 % en 2015, taux double de l’ensemble de la population (10 % en 2015).
De plus, leur chômage est bien plus long, avec une moyenne de 804 jours, contre 602 de l’ensemble des demandeurs. Et la moitié d’entre eux a 50 ans et plus.



Quelle mise en œuvre de l’obligation d’emploi ?

Rappelons que l’obligation d’emploi dans les entreprises d’au moins 20 salariés et le service public est de 6 %, proche du taux de personnes handicapées parmi la population d’âge actif.

Plus de 100 000 entreprises privées sont assujetties à cette obligation d’emploi. 79 % emploient au moins une personne handicapée, remplissant tout ou partie de leur obligation, …mais 20 % aucune.
Or, avec 431 000 salariés handicapés dans les entreprises d’au moins 20 salariés, le taux d’emploi direct en 2015 est seulement de 3,8 %. Même si c ‘est un progrès : +0,2 point/2014.

Cette main d’œuvre a des caractéristiques propres :

  • Une majorité d’hommes (56 %) contre 44 % de femmes,
  • Une prédominance d’ouvriers : 42 %,
  • Une moitié de 50 ans et plus (51 %),
  • Plus d’1/4 en temps partiel (28 %).

Beaucoup d’entreprises sont en-dessous de l’obligation des 6 % : plus de 41 000 d’entre elles versent une contribution annuelle à l’Agefiph, pour 408,5 millions d’euros.

Dans la fonction publique, le taux d’emploi se rapproche de l’obligation, à 5,5 %, taux existant aussi dans l’hospitalier, mais avec un meilleur accès dans la territoriale (6,6 %) et un plus faible dans la fonction publique d’État, les établissements publics et les organismes consulaires (4,5 %). Aussi les établissements publics apportent-ils au Fiphfp une contribution annuelle de 121 millions.

Quels aides et dispositifs actuels pour améliorer leur accès à l’emploi ?

L’Agefiph a engagé 430 millions en 2017 pour 219 000 interventions financées ou soutenues,

  • auprès des entreprises (114 300) pour l’insertion ou le maintien dans l’emploi,
  • auprès des personnes handicapées (216 000), en premier pour aider à leur insertion dans l’emploi, puis pour une compensation du handicap, une préparation à l’emploi et une formation, ou un maintien dans l’emploi.

Quant à lui, le FIPHFP pour le secteur public a engagé 71 millions en 2017 pour l’adaptation des postes de travail, des actions de formation pour les agents handicapés et des actions de sensibilisation des personnels.

L’État mobilise également des contrats aidés (CUI) à leur intention. En 2017 ont été signés :

  • 36 300 CUI-CAE (secteur non marchand)
  • 3 300 CUI-CIE (secteur marchand).

Quel accompagnement des actifs handicapés ?

Il existe une structure spécifique, Cap emploi qui, avec Pôle emploi et les missions locales, a permis à 84 000 personnes d’accéder à l’emploi en 2017 (+3 %), Une partie a été embauchée sur des emplois durables :18,6 % ont été embauchés en CDI, ou des CDD de plus d’un an (21 %) et de CDD de 6 à 12 mois (17 %), Mais les autres se retrouvent dans des CDD de moins de 3 mois (28 %) ou de 3 à 6 mois (15 %). De plus, 3 165 créateurs d’entreprise ont été accompagnés par l’Agefiph.

Les services d’appui de maintien dans l’emploi ont quant à eux accompagné 22 000 personnes et plus des 4/5 sont toujours dans l’emploi 6 mois après.

Près de 5 000 contrats en alternance ont été signés (apprentissage ou professionnalisation, à parts égales) permettant un taux d’emploi de 57 % en emploi à l’issue de leur contrat.

En conclusion, on voit bien les problèmes principaux qui nécessitent des dispositions plus efficaces pour améliorer l’accès à l’emploi des personnes handicapées et faire baisser leur taux de chômage double de la moyenne : une mobilisation insuffisante des entreprises alors qu’elles peuvent se faire financer l’adaptation au poste de travail, une qualification trop limitée de nombreux actifs handicapés. On attend donc de pied ferme les mesures qui vont être adoptées. Mais c’est aussi un point à amener syndicalement en entreprise, particulièrement au CSE au moment de l’analyse du bilan social.

Agefiph : Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (entreprises privées)

Fiphfp : Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique


Source