Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Europe, Monde > #Réalités sociales > Emploi, Travail, Femmes-Hommes, dans l’Union Européenne et en (...)

Emploi, Travail, Femmes-Hommes, dans l’Union Européenne et en France

samedi 28 mars 2015

En 2013, le taux d’emploi (actifs occupés / population active de la tranche d’âge) de 62,6 % des femmes de 20 à 64 ans dans l’UE est en progression constante. Il était de 55 % en 1997 et 60 % en 2005. En France, ce taux progresse, après 56,3 % en 1997 et 63,7 % en 2005, il atteint 65,6 % en 2013.

Le taux d’emploi des hommes en 2013 est de 74,2 % dans l’UE et 73,7 % en France. Pour rappel l’objectif du taux d’emploi de l’Union Européenne en 2020 est de 75 %.

Taux d’emploiFemmesHommes
(en %) 1997 2005 2013 2013
UE 55,0 60,0 62,6 74,2
France 56,3 63,7 65,6 73,7


Si les taux d’emploi des femmes sont les plus élevés, supérieur à 70 %, en Suède, Allemagne, Danemark, Pays-Bas et Autriche, il convient de remarquer que ces mêmes pays connaissent la plus forte proportion de femmes travaillant à temps partiel. Ainsi dans l’UE, 1 femme sur 3 travaille à temps partiel (31,8 %), alors que c’est seulement le cas de 8,1 % des hommes. En France, le taux des femmes à temps partiel est identique à celui de l’UE avec 31,8 % et 6,5 % des hommes occupent un travail à temps partiel.

Temps partiel (en %) Femmes Hommes
UE 31,8 8,1
France 31,8 6,5


En termes d’écart entre les hommes et les femmes, la Finlande, la Lituanie, la Lettonie et la Suède ont les plus faibles écarts de taux d’emploi. La France est assez bien placée, au-dessous de la moyenne et presque identique à l’Allemagne, et ces écarts de taux d’emploi sont les plus forts à Malte, Italie et en Grèce.

Concernant la rémunération, les femmes en 2013 gagnaient en moyenne 16 % de moins que les hommes dans l’Union Européenne. Les écarts de rémunération étaient les plus faibles dans certains pays comme la Slovénie (3,2 %), Malte (5,1 %), …les plus forts en Estonie (29,9 %), Autriche (23,0 %), République Tchèque (22,1 %), Allemagne (21,6 %). En France, cet écart de salaire suit la réduction observée dans l’UE, et est passé de 16,9 % en 2008, à 15,2 % en 2013, soit au-dessous de celui de l’UE établi à 16,4 % en 2013.


Écarts de rémunération (en %) Femmes
UE - 16,4
France - 15,2


En termes de professions, au niveau de l’UE, 33 %, des directeurs, cadres de direction et gérants, étaient des femmes en 2013, 67 % dans les employés de type administratif, 64 % services aux particuliers, commerçants et vendeurs, 11 % dans les métiers qualifiés de l’industrie (nomenclature CITP Classification internationale type des professions du BIT). En France,ces taux sont respectivement de 36 %, 74 %, 68 % et 10 %.
Dans la catégorie directeurs, cadres, gérants, les femmes étaient sous-représentées en 2013 au Luxembourg (16 %), Chypre (19 %), Pays-Bas (25 %) alors que la Hongrie (41 %), la Lettonie (44 %) et la Pologne (38 %) connaissaient les proportions les plus grandes de femmes dans ces fonctions.


Taux de femmes parmi les : UE (%) France (%)
Directeurs, cadres de direction, gérants 33 36
Employés 67 74
Services aux particuliers, commerçants, vendeurs 64 68
Métiers qualifiés de l’industrie 11 10


Ainsi, si le taux d’emploi des femmes de 20 à 64 ans progresse plus fortement que celui des hommes, on voit par ailleurs que les écarts, tout en se réduisant, restent très importants entre hommes et femmes, sur la durée des contrats, la rémunération et les catégories des professions.


Communiqué de presse 41/2015 du 5 mars Eurostat :
http://ec.europa.eu/eurostat/