Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Conditions d’emploi > Conditions de travail > Emplois précaires : vers une stabilisation

Emplois précaires : vers une stabilisation

mercredi 1er juin 2011

Le nombre des emplois précaires auraient-ils atteints un plafond ?

Selon l’Insee, l’hypothèse d’une stabilisation de la progression des emplois précaires se vérifierait.

Sur la période 1990-2008, la proportion des emplois temporaires, après avoir poursuivi dans les années 1990 une hausse entamée dans la décennie précédente, s’est stabilisée.

A partir de l’année 2000, « les pourcentages de contrats à durée déterminée (CDD) et d’intérimaires se stabilisent autour de, respectivement, 9% et 2% des emplois salariés.

Cette moyenne dissimule des écarts importants. Ainsi, parmi les personnes en emploi sorties du système scolaire depuis 1 à 4 ans, la part de celles en emploi temporaire s’élève à 30% en moyenne sur la période 1990-2008, avec un taux d’autant plus élevé qu’elles sont peu qualifiées. Pour les personnes sorties depuis 5 à 10 ans de formation initiale, cette proportion est de l’ordre de 14% dans les années 2000. Enfin, moins de 7 % des personnes en emploi diplômées depuis 11 ans ont un contrat temporaire.

La stabilisation de la part des emplois précaires dans l’emploi salarié, qui vaut aussi pour la proportion de temps partiel (17%), a plusieurs explications. L’Institut n’exclut pas que la dualisation du marché du travail soit arrivée « à un certain équilibre ». Les 35 heures, ajoute-t-il, ont apporté une flexibilité interne, via l’annualisation du temps de travail, qui peut avoir limité le besoin des entreprises de recourir à la flexibilité externe.

Sur la durée, les CDD restent majoritairement féminins (à 62% en 2008), tandis que l’intérim demeure essentiellement masculin (à environ 70%). Ces clivages reflètent pour beaucoup ceux qui existent entre les secteurs d’activité. Le travail temporaire est principalement utilisé par l’industrie et le bâtiment sur des métiers d’ouvriers historiquement masculins. Les CDD sont plus fréquents dans le commerce et les services qui les utilisent sur des postes d’employés peu qualifiés très féminisés.

Autre fait notable, les emplois temporaires se diffusent vers de nouvelles catégories de personnes, plus âgées. Ils attireraient notamment les seniors qui cherchent à cumuler emploi et retraite. L’Insee avance aussi une autre explication : certaines jeunes recrutés sur des emplois temporaires dans les années 1980 ou 1990 peuvent n’avoir pas réussi à obtenir un CDI. Et, en vieillissant, ils demeurent enkystés dans l’emploi précaire.


PS :

Insee édition 2011 d’Emploi et salaires