Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Conditions d’emploi > Rémunération > Épargne salariale : encore une négociation

Épargne salariale : encore une négociation

mercredi 7 mai 2014

Déjà annoncée en juillet 2012, lors de la première « conférence sociale » mais non suivie d’effets, la négociation sur le développement de la participation, de l’intéressement et la réforme de l’épargne salariale, s’ouvrira entre partenaires sociaux « dès le printemps », a annoncé le Premier ministre.

La prime de partage des profits mise en place sous la présidence de Nicolas Sarkozy, dont la suppression avait été promise par le Président de la République, François Hollande, en 2012, mais dont le sort devait être réglé par les partenaires sociaux, sera finalement « supprimée », a déclaré Manuel Valls.

Les primes d’intéressement se substituent-elles aux salaires ou les complètent-elles ?

  1. L’intéressement est conçu comme un dispositif visant à améliorer la productivité du travail tout en assurant aux employeurs une flexibilité accrue des rémunérations. Si de nombreux travaux empiriques observent qu’il exerce un effet positif sur la productivité du travail, il existe une absence de consensus sur les liens entre intéressement et salaires.
  1. Révélée par le Centre d’études sur l’emploi, une étude économétrique des liens de causalité entre intéressement et salaires entre 1999 et 2007 en France montre que, en moyenne, les primes ne contribuent pas à augmenter la rémunération des salariés. Lorsque l’accord a été introduit en 1999, un effet de substitution des primes aux salaires est souligné. Ces résultats, qui mettent en évidence la création d’une rente « fiscale » partagée par les employeurs et certains salariés, relancent le débat sur le régime fiscal et social de l’épargne salariale.

    A lire sur le site :
    http://www.cee-recherche.fr/publications/connaissance-de-lemploi/leffet-de-linteressement-sur-levolution-des-salaires