Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Conditions d’emploi > Temps de travail > Eurocopter : innover pour ne pas chômer

Eurocopter : innover pour ne pas chômer

jeudi 18 juin 2009

Comment anticiper les variations de charges ? .

L’accord propose en effet une réorganisation du temps de travail qui fait passer de la semaine qui était le plus souvent de 4 jours à une utilisation plus grande des équipements industriels au cours de la semaine, en faisant alterner les semaines de 4 et de 5 jours. Il simplifie les différents types d’horaires, tout en créant la possibilité d’équipes alternées (une le matin, une l’après-midi). Il apporte des souplesses d’aménagement du temps de travail annualisé en fonction des variations du plan de charge. Toutes solutions pour développer des capacités d’adaptation de l’organisation du travail aux variations de plan de charge que l’entreprise craint d’avoir.

À toutes les formules horaires possibles, l’accord ajoute une innovation : la création d’un compte épargne temps collectif, où les salariés mettront chaque année 2 vendredis de travail supplémentaires, soit 16 heures par an et l’employeur 112 heures en 3 ans. Ce capital qui pourra atteindre 160 heures en 3 ans a pour but, en période de basses charges, d’éviter le recours au chômage partiel en y substituant la « consommation » collective des heures épargnées.

En contrepartie, l’accord apporte des assurances sur le non débordement des horaires de travail, maintient le principe de la semaine de 4 jours, réduit l’amplitude de la journée de travail, du travail alterné 2 équipes de 8 heures au lieu de 9) et du travail posté. Il rend plus accessible le télétravail pour ceux qui le souhaitent.

D’autre part, l’entreprise veut éviter une baisse de qualifications et de compétences en période basse. Aussi l’accord ajoute-t-il un volet sécurisation des emplois, en s’attachant à l’anticipation de la gestion des compétences et à la qualification des emplois. Pour cela, il comporte trois types de mesures, une assurance du montant du budget formation à au moins 4 % de la masse salariale, un rôle nouveau de référents pour les seniors volontaires auprès de jeunes embauchés et des embauches de 50 intérimaires pour des CDI en 2009 et celle de 39 apprentis par an pendant 3 ans, en CDD de 18 mois.