Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Société > Populations > Evolution de la population des régions à l’horizon 2030

Evolution de la population des régions à l’horizon 2030

jeudi 5 mai 2011

L’INSEE, malgré ses ennuis sur le décompte des chômeurs, publie des études intéressantes. Il a réalisé une projection pour connaître l’évolution de la population de chaque région française, à l’horizon de l’an 2030. Mais il est très utile de méditer ces chiffres. Nous donnons ci-dessous les évolutions de chaque région par rapport à l’augmentation totale de la population française qui devrait être de 10,7 %.

Régions en %
Languedoc Roussillon + 31.2
Midi-Pyrénées + 21.8
PACA + 18.3
Rhône Alpes + 16.8
Pays de la Loire + 16.6
Aquitaine + 16
Alsace + 14.4
Bretagne + 14.1
Poitou Charentes + 9.8
Ile de France + 9.2
Centre + 6.5
Franche Comté + 4
Picardie + 2.8
Haute Normandie + 2.6
Basse Normandie + 2.5
Limousin + 2
Nord Pas de Calais + 0.7
Auvergne - 0.1
Bourgogne - 0.5
Lorraine - 2.6
Champagne Ardennes - 5.5

Ce tableau montre huit régions en forte croissance de population pour les 25 ans qui viennent et cinq régions en nette perte de vitesse. Toutes les régions en progression (48 % de la population) se situent dans le Sud et à l’Ouest du pays, exception faite de l’Alsace : le soleil et la mer attirent les retraités, mais aussi les entreprises et les étrangers. Et le reste devra suivre : services de tous genres, écoles, universités, hôpitaux, maisons de retraite, etc.

Certes l’Ile de France et Poitou-Charentes tirent leur épingler du jeu. Mais c’est tout de même une transformation des paysages économiques à laquelle on va assister, aux dépens des régions enclavées ou anciennement industrielles, de la France du Nord de la Loire (30 % de la France). Ce sera alors une double transformation, démographique et en nature d’emplois.

Les syndicalistes seraient bien intentionnés de se pencher sur cette évolution qui va modifier la répartition géographique et professionnelle du salariat. Comme on dit, il faut penser aux générations suivantes…Et donc réfléchir aux investissements qui devront accompagner ce développement. Vingt-cinq ans, c’est vite passé