Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Europe, Monde > #Economie > France Allemagne : dépenses publiques

France Allemagne : dépenses publiques

jeudi 11 août 2011

163 milliards de plus... Rapporté à son PIB, la France « consomme » 163 milliards d’euros de plus de dépenses publiques par an que l’Allemagne.

Dépenses publiques France-Allemagne
2007PIB (milliards d’euro)Dépenses publiques (milliards d’euros)Dépenses publiques au niveau de l’Allemagne (milliards d’euros)
France 1895 991(52,3% du PIB) 848 (44,75 %)
Allemagne 2432 1063 (43,7 % du PIB) 1063 (43,7 %)

En prenant comme moyen de comparaison entre la France et l’Allemagne le niveau de « dépenses publiques » – toutes les dépenses de toutes les administrations publiques, y compris celles qui délivrent les prestations sociales - l’étude constate que le niveau de socialisation de l’économie est plus élevé en France qu’en Allemagne : 52,3% en 2007, contre 43,7 % du PIB. Dans l’Union Européenne, le Danemark et la Suède font mieux que la France. Autrement dit le chiffre mis en exergue marque d’une part la préférence française pour le financement public plutôt que privé d’un certain nombre de services, et d’autre part pour un système fortement redistributif. Comme par ailleurs l’endettement public – en train de déraper – indique que la France vit au dessus de ses moyens (impôts, taxes, cotisations sociales). Signe qui ne trompe pas : en 2010, les dépenses publiques ont représenté 56,2 % du PIB, alors que les recettes publiques étaient à 48,5 % du PIB, dont des prélèvements obligatoires à 42,2 %.

Il est donc indispensable de réfléchir, outre à l’amélioration des recettes publiques, à l’efficacité, segment par segment, des dépenses engagées pour y rechercher sans concession des sources d’économies et surtout d’amélioration de la qualité du service rendu. La comparaison France-Allemagne a donc l’avantage d’attirer l’attention sur des distorsions qui peuvent indiquer des problèmes à examiner de près, même si les différentes de système rendent toujours les comparaisons détaillées délicates.

La difficulté de ce genre d’exercice est de faire la différence entre ce qui relève d’un choix politique délibéré dont on assume le coût – comme les dépenses de défense ou la politique familiale (4), par exemple – et ce qui relève d’un problème de productivité du service rendu (c’est-à-dire la capacité à fournir un même service à moindre coût). Or il est extrêmement délicat d’évaluer la « productivité » des services publics et plus encore d’en faire la comparaison dans deux pays aux structures institutionnelles si différentes (5). Mais les chiffres de la présente étude montrent secteur par secteur les masses d’économies potentielles en jeu. Et il y a de la marge, l’Allemagne n’étant pas a priori un pays sous-administré avec un service public rendu au citoyen allemand notoirement moins bon que celui rendu au citoyen français

Il est temps d’avoir le courage de dire que les poches d’économies existent, qu’elles sont identifiées et qu’il convient de se mettre sérieusement à la baisse de la dépense publique.

Santé

Avec le même niveau de dépenses publiques que le système allemand, le système de santé français coûterait environ 23,7 milliards d’euros en moins
À lui seul, le secteur hospitalier représente plus de 18 milliards d’euros de potentiel d’économies
En 2007, le solde de l’Assurance Maladie allemande était positif de 1,7 milliard d’euros alors qu’en France le déficit était de 6,4 milliards

Protection vieillesse

Rapporté à la population totale, 21,3% de seniors de plus en Allemagne mais un coût de 1,4% de PIB en moins
20% de seniors en moins au travail et des retraites supérieures de près de 50% en France
Une politique française qui privilégie davantage ses retraités que l’Allemagne

Éducation : primaire et secondaire

Si la France ramenait sa dépense publique par élève au niveau allemand, cela représenterait une économie de 8,2 milliards d’euros
Mais on compte 30,9 milliards d’euros en plus en France de dépenses hors personnel enseignant
Des écoles primaires françaises plus petites, beaucoup plus nombreuses : plus de 3 milliards d’euros d’économies potentielles
Sur la base des standards allemands, pas moins de 7,6 milliards d’euros d’économies potentielles dans les collèges et les lycées français
Tout cela pour une performance légèrement plus médiocre que celle du système scolaire allemand (PISA)

Logement

Une croissance de la population et des ménages français beaucoup plus forte qu’en Allemagne
Un parc de logements français inférieur au parc allemand : près de 720 000 logements manquants
Des coûts du logement en France bien supérieurs aux coûts allemands

Fonction publique

Rapporté à la population totale, on compte 24% de fonctionnaires de plus en France qu’en Allemagne
Rapporté à la population active, il y a 44% de fonctionnaires de plus en France qu’en Allemagne

La comparaison met le doigt sur des sujets brûlants pour la campagne électorale ?


PS :

Une étude de l’institut Thomas More de Bruxelles de 48 pages :
http://www.institut-thomas-more.org/actualite/