Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Environnement économique > Economie > Industrie : une nouvelle approche basée sur 124 "territoires d’industrie"

Industrie : une nouvelle approche basée sur 124 "territoires d’industrie"

mercredi 26 décembre 2018

À l’occasion du Conseil national de l’industrie, le 22 novembre 2018, le Premier ministre a dévoilé une nouvelle approche pour accélérer le développement des territoires industriels alors même que, pour la première fois depuis dix ans, les entreprises industrielles recréent des emplois en France. Ce nouveau dispositif d’accompagnement est au service des territoires à forte dimension industrielle. 124 d’entre eux ont été sélectionnés, un milliard d’euros de financement trouvé, et une gestion décentralisée mise en place.

L’industrie redémarre en France

Pour la première fois depuis dix ans, les entreprises industrielles recréent des emplois en France. La croissance de la production industrielle française dépasse désormais celles de ses principaux voisins européens. De même, les investissements industriels étrangers en Europe en 2017 se sont principalement dirigés vers la France. Un an après la relance de la politique industrielle par le gouvernement, place à la deuxième phase de celle-ci.

S’il y a donc des sources de satisfaction pour l’industrie française il y a aussi des défis à relever. Le Premier ministre a indiqué lors du Conseil national « Tout cela va nous conduire à mettre l’accent durant l’année 2019 sur trois enjeux majeurs : l’Europe, l’innovation et surtout, les territoires ». Le Gouvernement souhaite replacer l’innovation et l’industrie au cœur du projet européen et, également, rendre la France attractive et limiter les conséquences négatives du Brexit.

124 « territoires d’industrie » répertoriés

Ils sont répartis dans toute la France (carte en fin d’article) et ont été identifiés par une mission pluridisciplinaire composée de parlementaires, d’élus, d’industriels et d’experts. Ces territoires représentent 50 % de l’emploi industriel français total et couvrent 30 % du territoire. Ils ont un trait commun : ils comptent plus de 15 % d’emplois industriels, contre 12 % pour la moyenne nationale. Ces 124 territoires, dont la grande majorité se situe en dehors des métropoles, sont des intercommunalités présentant une forte identité et un savoir-faire industriel, et où l’ensemble des acteurs sont mobilisés pour le développement de l’industrie. Ils reflètent le déplacement de l’industrie dans des zones plus rurales et vers l’ouest de la France.

Cette nouvelle démarche complète l’approche par filières industrielles précédemment mise en place par le gouvernement, L’enjeu en 2019 est désormais la reconquête ou la consolidation des territoires d’industrie. Avec cette approche par les territoires le gouvernement veut diffuser sa politique au-delà des grands groupes. Dans le contexte de la mobilisation des gilets jaunes, cette nouvelle approche industrielle a trouvé un écho certain.

Un accompagnement spécifique

Ces 124 territoires bénéficieront d’un engagement spécifique de l’État, qui mobilisera un éventail de politiques publiques pour appuyer et accompagner les projets de ces territoires.

Cette nouvelle approche est construite au plus près de la géographie industrielle et de la réalité institutionnelle. Les territoires signeront durant les prochains mois un contrat de projet territorial industriel pour formaliser les engagements que prendront les parties prenantes. Un point d’étape sera effectué à la prochaine réunion du Conseil national de l’industrie.

  • La gestion décentralisée sera au cœur du nouveau dispositif car le pilotage et l’animation des « territoires d’industrie » associeront les élus locaux, l’industrie, les Conseils régionaux et l’État. Les Régions en particulier ont eu un rôle déterminant dans l’identification des 124 « territoires d’industrie » et elles occuperont un rôle central dans le nouveau dispositif d’accompagnement puisque les présidents de région seront les pilotes du dispositif.
  • Un financement élevé de 1,3 milliard d’euros est fléché pour cette politique.
  • Un « panier de services » représentant 18 mesures pour répondre à 4 besoins des « territoires d’industrie » : recruter, innover, attirer et simplifier. Parmi les premières mesures évoquées : l’accélération de la couverture numérique de ces territoires, le « volontariat territorial en entreprise » avec pour objectif d’orienter de façon privilégiée les étudiants en école d’ingénieurs ou de commerce vers des PME, la facilitation des demandes de dérogations administratives et règlementaires, des formations de courte durée pour permettre un retour rapide à l’emploi et résorber les besoins de recrutement dans les zones les plus sous tension, des crèches et des modes de transport adaptés…
Chacun voit les enjeux de la réussite d’une telle politique. Souhaitons qu’elle puisse s’épanouir dans un contexte favorable, redévelopper réellement les activités industrielles et créer de nouveaux emplois.

Source