Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Protection sociale > Minima sociaux > Insertion des Rmistes : ne pas se décourager

Insertion des Rmistes : ne pas se décourager

mercredi 30 mai 2007

De janvier 2005 à avril 2007, le nombre de bénéficiaires du RMI dans les Bouches du Rhône a baissé de 12%. Le département n’est plus en tête pour le nombre de rmistes, dépassé par le Nord et Paris.

Ce résultat est à mettre à l’actif d’une politique à double détente, un volet contrôle, un volet retour à l’emploi. Pour les contrôles, une convention passée avec la CAF oblige cette dernière à vérifier chaque année 7 000 bénéficiaires. En 2006, 40% de contrôlés ont été sortis du dispositif. Pour certains, il s’agissait d’une fraude. Pour d’autres, ils pouvaient être réorientés vers d’autres dispositifs et même pour certains faire valoir leurs droits à la retraite.

Parallèlement, un suivi personnalisé a été instauré : 70% des rmistes ont un contrat d’insertion, contre 50% en 2004. La CCI a favorisé le recrutement de plus de 600 rmistes et 300 d’entre eux ont créé leur propre entreprise.

On ne comprendra jamais pourquoi certains syndicats ou partis politiques de gauche s’opposent au politique de contrôle alors que comme l’affirme le président du Conseil général qui a lancé cette politique : « les économies réalisées sur les dépenses d’allocations permettront de renforcer la politique d’insertion et de formation ».

On a souvent dénoncé certains travers des Bouches du Rhône pour ne pas aujourd’hui les encourager. D’autant que le président du Conseil général est socialiste…