Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Environnement économique > Emploi > L’activité et le chômage des 55-64 ans en 2013

L’activité et le chômage des 55-64 ans en 2013

samedi 28 février 2015

Évolution et comparaison : taux d’activité, hausse du chômage, "et en Europe ?"

Un ralentissement de la progression du taux d’activité.

Le taux d’activité (actifs occupés + chômeurs) des 55-64 ans résidant en France métropolitaine progresse : il est de 49,0 % en 2013 (45,6 % actifs occupés et 3,4 % au chômage soit un taux de chômage de 7,0 %), contre 40 % en 2207 et 38,7 % en 2003.

Mais il progresse moins, si l’on prend en compte l’effet démographique de l’entrée à 55 ans des générations nombreuses nées à partir de 1946 dans un indicateur appelé « taux d’activité sous-jacent » qui permet de « gommer les poids démographiques inégaux des tranches d’âge inclus dans le taux d’emploi » (réf. INSEE) pour retracer l’évolution réelle des comportements d’activité (par exemple, l’arrivée en 2003 à 55 ans de l’importante génération née en 1948 dans la tranche d’âge de 55 à 64 ans fait augmenter mécaniquement le taux).

Parmi les différents facteurs d’évolution de ce taux, si le maintien des seniors sur le marché du travail a été favorisé (surcote, cumul emploi retraite…), le ralentissement de la progression est également dû aux modifications intervenues dans le domaine des retraites ( élargissement des conditions de départ à la retraite à 60 ans pour carrière longue et cadencement de l’allongement de l’âge légal de départ à la retraite) et à l’augmentation du nombre de personnes en retraite anticipée (52 000 de plus) au cours de l’année 2013.

Ce taux d’activité est de 73% pour les 55 à 59 ans et de 5,7 % entre 65 et 69 ans. À noter que ce taux d’activité, à tous les âges entre 55 et 70 ans, a augmenté entre 2003 et 2013, et ce aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Il devient inférieur à 10 % après 65 ans. Les taux d’activité féminin ont nettement progressé entre 2003 et 2013.

Le taux d’emploi (actifs occupés) des seniors est de 45,6 % fin 2013, en progression par rapport aux 38,2 % en 2007 et 37,0 % en 2003. Si l’on prend en compte l’effet démographique d’entrée à 55 ans des générations nombreuses nées à partir de 1946, ce taux ne progresse plus. Ce taux d’emploi est aussi le fait de 452 000 personnes âgées de 55 ans ou plus déclarant percevoir une retraite ou être préretraitées qui occupent un emploi en 2013 (dont 58 000 de 70 ans et plus) et ceux-ci sont plus diplômés que l’ensemble des préretraités et retraités. 7 % des 60 à 64 ans et 4 % des 65 à 69 ans des retraités ou préretraités de ces tranches d’âge occupent un emploi.

Le travail à temps partiel en 2013 contribue au maintien du taux d’activité des 55 ans et plus et concerne 36,6 % des femmes (notamment, employés de maison, assistantes maternelles) et 13,5 % des hommes. Mais ces emplois ont une durée inférieure au mi-temps. Parmi les raisons du travail à temps partiel, on en compte 24 % pour raisons de santé et 11 % pour disposer de temps libre, soit deux fois plus que pour l’ensemble des personnes. Selon la définition du BIT, 3 % des hommes et 8 % des femmes de 55 ans et plus en emploi, sont en fait en situation de sous emploi.

La hausse du chômage

Le taux de chômage de 7 % en 2013, est en hausse depuis la crise, plus rapide pour les seniors que pour l’ensemble des actifs. Leur part dans les chômeurs de longue durée est plus élevée pour les autres classes d’âge.

Et en Europe

  • Un plus faible taux d’activité, de l’ordre de 5 points, des seniors en France par rapport à l’ensemble de l’Union Européenne et ceci est dû surtout aux hommes de 60-64 ans, l’activité féminine étant relativement plus développée en France que dans d’autres pays européens.
  • Le taux de chômage des seniors en France est inférieur à celui de l’Union Européenne, à la fois pour les 55-59 ans et pour les 60-64 ans, pour les hommes comme pour les femmes.
  • Pour les 55 à 74 ans, la proportion d’emplois à temps partiel de 25 % en France est à comparer aux 34 % en Allemagne, 33 % en Autriche et 54 % au Pays Bas, les faibles taux sont de 15 % en Italie et 13 % en Espagne

Source :
DARES, 2015-012 - Emploi et chômage des 55-64 en 2013