Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Société > Inégalités, discriminations > L’augmentation des inégalités de patrimoine durant les 15 dernières (...)

L’augmentation des inégalités de patrimoine durant les 15 dernières années

mercredi 11 juillet 2018

De 1998 à 2015, le patrimoine des Français a doublé, et le montant médian se situe en 2015 à 158 000 euros. Mais en même temps les écarts entre Français se sont beaucoup accrus. Un déterminant premier : la forte augmentation de la valeur du patrimoine immobilier. Tels sont les résultats d’une publication statistique récente de l’Insee.

Un patrimoine total doublé

Le patrimoine immobilier et financier a été multiplié par deux pendant cette période, surtout jusqu’en 2010, en raison d’abord du fort accroissement des prix de l’immobilier à +133 %, alors que le patrimoine financier a, lui, connu une hausse de 75 %. Mais cette augmentation est loin d’avoir profité à tous.

Des inégalités renforcées jusqu’à 2010

En 2015 les 50 % des Français qui déclarent 158 000 euros et plus de patrimoine concentrent 92 % du patrimoine total, qui intègre immobilier, actifs professionnels, financiers, biens et objets de valeur.

L’écart est énorme quand on compare les 10 % les mieux dotés qui possèdent chacun plus de 595 700 euros, avec une moyenne de 1,25 M€, soit 47 % du patrimoine total, avec les 10 % les moins dotés qui ont moins de 4 300 €, soit moins de 0,1 % du total. Le patrimoine est ainsi beaucoup plus inégal entre Français que les revenus, pour lesquels les 10 % les plus élevés reçoivent 26 % des revenus disponibles.

La conséquence de ces inégalités est aussi une composition différente du patrimoine. Les plus dotés cumulent immobilier, patrimoine financier et actifs professionnels ; notamment 99 % du patrimoine immobilier est entre les mains des 60 % les mieux nantis. Alors que les 10 % les moins dotés ont essentiellement des comptes courants, livrets et biens durables comme une voiture et sont plus souvent endettés. 1 % des ménages ont même un patrimoine net négatif.

De plus, dans cet intervalle, le patrimoine financier et immobilier moyen a augmenté pour tous sauf pour les 20 % les moins dotés, augmentant ainsi fortement les inégalités entre eux. Cette hausse a duré surtout jusqu’en 2010, en léger recul depuis.

Des disparités aux raisons diverses

L’inégalité des revenus en est bien sûr une explication de base.

Mais aussi le patrimoine évolue différemment selon les tranches d’âge : en général peu important et avec de l’endettement pour les plus jeunes, le patrimoine grossit avec l’âge jusqu’à 60 ans et diminue à partir du passage à la retraite où les revenus baissent. Or, ces dernières années depuis 2010, le patrimoine des 55-64 ans recule sans que l’explication soit encore précise, dû peut-être aux types de ménage présents maintenant à cet âge (personnes seules plus nombreuses) ou à la catégorie socioprofessionnelle …sans oublier les problèmes d’emploi des seniors.

D’autre part, les patrimoines sont plus importants pour plusieurs catégories de population : les indépendants, les couples, ainsi que les personnes ayant bénéficié d’un héritage.

Alors que la France connaît une inégalité des revenus plus basse que la moyenne et de nombreux pays européens (tels Espagne, Italie, Royaume-Uni, Allemagne…) [1] , même si elle augmente, ce tableau montre qu’ainsi la forte spéculation immobilière, le poids de la finance dans l’économie, les ruptures d’emploi et l’évolution de la composition des ménages ont accru les disparités de patrimoine, au contraire de 30 glorieuses.



Source


Notes :

[1Eurostat Statistics explained – Statistiques sur la répartition des revenus - Inequality of income distribution, 2015 (income quintile share ratio) YB17-fr.png : https://bit.ly/2NFUnFr