Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Protection sociale > Santé > L’espérance de vie augmente avec les revenus

L’espérance de vie augmente avec les revenus

samedi 3 mars 2018

Il y a des chiffres qui font froid dans le dos. Ainsi en termes d’espérance de vie, il y a en France treize ans d’écart entre les 5 % d’hommes les plus aisés et les 5 % les plus pauvres, d’après les chiffres récents de l’Insee. Faudra-t-il changer la devise républicaine par « Liberté, inégalités, fraternité » ? Enfin il faut noter l’intérêt d’une analyse genrée car la situation des femmes est différente.

Les hommes français les plus riches vivent 13 ans de plus que les plus pauvres

La dernière enquête de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), publiée le 6 février indique que pour un niveau de vie moyen de 5 800 euros par mois, un homme peut atteindre 84 ans. Ce chiffre tombe à 72 ans dès 470 euros par mois. Aux alentours de 1 000 euros, 100 euros supplémentaires représentent un gain de 0,9 année. L’espérance de vie augmente donc avec les revenus, à niveau de diplôme égal, pour les hommes.

La situation est différente pour les femmes

Déjà l’écart est moins important pour les femmes, les plus pauvres atteignent 80 ans et les plus aisées, 88 ans. De plus, à partir de 1 300 euros mensuels, les femmes dépassent les hommes, même les plus aisés. Pour l’Insee, cela est dû à « des comportements plus favorables à une bonne santé », « un meilleur suivi médical, en particulier pendant la vie féconde », et « une durée de travail plus faible ».

Mais l’INSEE complète ce tableau genré en indiquant que les disparités entre les sexes tendent à se réduire. Car l’espérance de vie des hommes s’est remise à progresser depuis 2016, alors que celles des femmes accusait une légère baisse. Selon l’institut « Elles ont adopté les comportements à risque masculins, le tabagisme en particulier ».

Quelles sont les raisons de cet écart abyssal entre les hommes ?

Pour l’INSEE, le diplôme n’est pas une explication fondamentale. Il s’agit plutôt du niveau de vie qui permet une bonne santé en mobilisant la prévention et l’accès aux soins. D’après une enquête de 2014, un adulte sur dix, parmi les 20 % les plus pauvres, avait renoncé à consulter un médecin pour des raisons financières. Mais parfois aussi, une mauvaise santé peut entrainer un faible niveau de vie en pesant sur les études et l’emploi.

On peut rajouter que les plus démunis ne connaissent pas souvent l’ensemble des droits et des aides auxquelles ils peuvent prétendre, par exemple l’accès à la CMU (couverture maladie universelle). Rappelons-nous que près de 30 % des bénéficiaires du RSA ne demandent pas cette aide faute d’informations ou de malaise pour leur place dans la société.

Enfin bien des hommes ouvriers ont été soumis à des conditions de travail difficiles (accidents, maladies, exposition à des produits toxiques) sans reconnaissance de ces difficultés parfois et sans que cela ait entrainé davantage de politiques de prévention dans ces métiers.

Une inégalité régionale

Là comme ailleurs il y a des variations et des différences. L’espérance de vie est meilleure en Occitanie et dans les Pays de la Loire. Les Hauts-de-France finissent en queue de classement confirmant d’autres enquêtes démographiques et sociologiques.

Selon l’Insee, ces écarts pourraient s’expliquer par des différences culturelles, économiques, comportementales et environnementales et aussi être liés à l’offre de soins plus ou moins importante selon les régions françaises.

L’expression populaire dit bien qu’« il vaut mieux être riche et bien portant » que « pauvre et malade », mais elle ne dit rien de la responsabilité des décideurs des politiques publiques qui doivent se sentir interpellés par ces chiffres.


Sources