Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Société > Territoires > L’utilité d’une stratégie régionale de l’emploi et du développement

L’utilité d’une stratégie régionale de l’emploi et du développement

mercredi 5 février 2014

Les politiques d’emploi sont essentiellement nationales, étant de la responsabilité de l’État. Elles sont déroulées de façon identique d’un bout à l’autre du territoire.

Pourtant, les réalités sociales et économiques sont diverses, et la concentration du chômage se fait particulièrement dans certaines zones d’emploi (10 de ces zones concentrent ¼ des chômeurs). Un récent rapport [1]
plaide pour une plus grande territorialisation des politiques d’emploi pour une plus grande justice et efficacité.

Ce rapport analyse « Une territorialisation imparfaite des dispositifs nationaux », « Une approche des territoires par les services déconcentrés de l’État qui demeure à parfaire ». Et il propose de « Développer une stratégie territoriale de l’emploi structurante pour les acteurs, partagée entre l’État, les partenaires sociaux et les Régions », d’autant plus que « Le territoire (est) un enjeu pour les partenaires sociaux » et que « L’emploi (est) un champ traditionnel de négociation pour les partenaires sociaux ».

L’essor de stratégies régionales

  1. Certaines régions se sont déjà emparées de cette réflexion et de l’intérêt de développer une stratégie régionale de développement de l’emploi et des activités. Deux exemples montrent comment des régions qui ont particulièrement souffert du déclin des industries traditionnelles et ont un fort taux de chômage l’ont engagé.

Une démarche économique pour le Nord-Pas-de-Calais [2]

  1. Dans la région, près de 14 % des actifs sont chômeurs et les friches industrielles sont encore nombreuses. L’initiative associe le Conseil régional et la Chambre régionale de commerce pour créer un dynamisme économique porteur d’emplois.
  1. Pour cela, les deux partenaires ont créé un Forum d’orientation, associant tous les acteurs de la région, y compris les partenaires économiques et sociaux. Ils ont confié à Jeremy Rifkin [3] le soin d’élaborer une feuille de route pour engager la région dans une « 3ème révolution industrielle » se situant dans la transition énergétique.
  1. Ils ont ainsi déterminé huit thèmes qui ont donné lieu à des groupes de travail au cours du premier semestre de l’année 2013 (énergies renouvelables, hydrogène et stockage de l’énergie, bâtiments producteurs d’énergie, réseaux intelligents, mobilité, efficacité énergétique, économie circulaire, économie de la fonctionnalité). À partir de leurs apports, et grâce à la dynamique régionale créée, J. Rifkin a élaboré le « master plan final », présenté le 25 octobre 2013.
  1. Et depuis, les appels à projets et les actions concrètes commencent.

Un pacte pour la Lorraine [4]

  1. Une perte d’emplois tout au long des années 2000, 11 % de demandeurs d’emploi, la perte de la sidérurgie, autrefois mono-industrie, la Lorraine s’enfonçait dans la crise. Le Conseil régional et le CESER ont insisté pour qu’un projet régional soit bâti et soutenu par l’État.
  1. Un plan d’action a été préparé avec l’ensemble des acteurs régionaux, aboutissant à un Pacte Lorraine pour 2014-2016, comprenant 16 actions, dans l’objectif de reconquête industrielle autour d’un modèle de développement durable.
  1. Les trois objectifs sont de faire de la Lorraine une région dynamique sur les matériaux et l’énergie, de dynamiser les filières d’avenir tant dans l’industrie qu’en santé et dans l’agriculture et le bois, en s’appuyant sur les compétences et savoir-faire existants, et de promouvoir les démarches innovantes, créatrices d’attractivité et d’aménagement des territoires. L’organisation des transitions professionnelles et l’accompagnement des mutations professionnelles et sociales ont bien été vus comme essentiels.
  1. Là aussi, la volonté est de démarrer vite dès ce début 2014.

Ainsi, des politiques nationales ne suffisent pas, qu’elles soient centralisées ou déconcentrées. La prise en compte des spécificités locales est indispensable, et l’élaboration d’une stratégie régionale, associant tous les acteurs, est porteuse de développement qu’il faudra évaluer au niveau de la consolidation et la création d’activités et d’emplois.


Notes :

[1* Évaluation de la politique territoriale de l’emploi – IGAS - http://www.igas.gouv.fr/spip.php?article334

[3*** Économiste américain, spécialiste de réflexion prospective, intégrant les impacts économiques, sociaux et environnementaux, et notamment de la transition énergétique.