Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Société > Populations > La France bénévole en 2016 : des Français très nombreux

La France bénévole en 2016 : des Français très nombreux

samedi 31 décembre 2016

Pour la 14ème année consécutive, l’association Recherches et Solidarités publie "La France associative en mouvement" qui dresse un état des lieux du bénévolat associatif. Le nombre estimé de bénévoles s’élève à 13 millions et les Français s’engagent par l’envie à agir face au contexte actuel. Les habitants de l’Ouest sont les champions de l’engagement.

Deux enquêtes qui se complètent

Cette étude a été réalisée grâce à une enquête IFOP (3 156 personnes interrogées), qui détermine le pourcentage et les caractéristiques des bénévoles et une enquête Recherches et Solidarités (6.667 bénévoles interrogés) qui précise les comportements des bénévoles.

Une évolution positive

Entre 2010 et 2016, la proportion de Français qui donnent du temps pour les autres, en dehors de la famille, est passée de 36% à 39%. Le bénévolat associatif est celui qui progresse le plus (de 22,6% à 25%). On estime à 13 millions le nombre de bénévoles dans les associations en 2016. Cette augmentation est plus particulièrement portée par les hommes et par les moins de 50 ans.

Des mutations profondes dans la pratique du bénévolat

Celui-ci est stimulé par "l’envie d’agir" face au contexte actuel. Le mot "bénévole" est désormais en première intention associé à celui de "citoyen engagé". La dimension sociétale, citoyenne, voire politique au sens le plus général, émerge nettement. On retrouve cette évolution à travers l’engagement pour la réserve citoyenne, nationale, le service civique…

Compétences et engagement vont désormais de pair

Les notions de "compétences", de savoir-faire et d’aptitudes sont aujourd’hui, beaucoup plus qu’en 2010, liées à celles de bénévolat et d’engagement. Elles s’expriment d’abord dans les motivations : "l’acquisition de compétences" est celle qui progresse le plus en six ans. Lorsqu’on interroge les bénévoles sur "leurs attentes personnelles pour bien vivre leur activité", la formation arrive nettement en tête. L’association estime que ces attentes ont été cernées par le ministère chargé de la vie associative, qui développe son soutien à la formation des bénévoles via le fonds de développement de la vie associative (FDVA).

Les bénévoles sont plus actifs dans les villes de taille moyenne

L’étude estime que, dans ces villes moyennes, il y a plus de possibilités que dans le monde rural et moins d’anonymat que dans les grandes villes.

Bravo à l’Ouest

Ce sont les habitants de l’ouest de la France qui remportent la palme de la solidarité bénévole (45% des habitants sont des bénévoles). Ce fait s’est encore vérifié lors du relogement des étrangers de la « jungle de Calais ».

Les perspectives d’évolution du bénévolat sont encourageantes. En effet, 28% des non bénévoles affirment pouvoir le devenir en cas de crise majeure (crise sanitaire, catastrophe naturelle, etc…)


Sources