Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Société > Education > La montée des coûts d’inscription dans les grandes écoles renforce le dualisme (...)

La montée des coûts d’inscription dans les grandes écoles renforce le dualisme social de l’enseignement supérieur français

samedi 26 septembre 2015

Les écoles françaises de commerce et management veulent entrer dans la concurrence internationale de l’enseignement supérieur. Des regroupements, la construction de grands campus …la hausse des droits d’inscription et de scolarité s’ensuit.

À la rentrée 2015, il faut compter 45 000 € pour les 3 années de la scolarité à l’EDHEC, école de commerce de Lille : le record ! Il y a 2 ans, à la rentrée 2013, ce n’était « que » 37 400 €, soit 20 % de hausse en 2 ans : et ce n’est pas l’inflation minime de ces 2 ans qui peut l’expliquer ! Un peu derrière, HEC et l’ESSEC « se contentent » de 40 500 € pour la scolarité de 3 ans et l’ESCP, école de commerce de Paris, de 39 500 €. Le coût des autres écoles s’échelonne essentiellement de 27 000 à 33 000 euros.

Qui peut payer ces tarifs ? Même si quelques bourses existent… Ce sont donc des écoles qui de plus en plus recrutent parmi les enfants de parents très aisés. Les jeunes d’origine modeste, déjà peu présents dans ces écoles avec des tarifs un peu moins élevés, en sont de plus en plus exclus. D’autant que conclure un prêt sera lourd à rembourser une fois dans la vie active. Les futurs managers et dirigeants se recrutent quasi exclusivement dans le groupe social le plus favorisé. La diversité sociale ne fera pas partie du profil des futurs dirigeants !

On a donc de plus en plus un double enseignement supérieur en France, avec, d’un côté, ces grandes écoles pour étudiants de milieux privilégiés et, de l’autre, les universités publiques pour la masse des jeunes des classes moyennes, avec un pourcentage réduit d’étudiants venant de familles modestes. Le système éducatif, déjà attaqué pour son renforcement des inégalités sociales dès le primaire (cf. les enquêtes Pisa de l’Ocde), se trouve encore un plus marqué par la ségrégation sociale dans l’enseignement supérieur.


document :