Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Europe, Monde > #Dialogue social > La participation dans les entreprises européennes

La participation dans les entreprises européennes

mercredi 1er janvier 2014

Organisation du travail, représentation des salariés, information donnée aux représentants du personnel, etc. Points communs et différences des entreprises européennes.

La Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de travail, dont le siège est à Dublin, a examiné les résultats d’une enquête annuelle auprès des entreprises européennes. 30 000 établissements dans 32 pays ont répondu à l’enquête, soit entre 300 et 1 500 par pays.

En voici quelques extraits :

  • Organisation du travail : 75 % font de la qualité continue, 62 % capitalisent les bonnes pratiques et 68 % font de la veille externe. 29 % des sites ont 4 niveaux hiérarchiques, 43 % en ont 3 et 28 % voire 1 à 2 niveaux. L’encadrement est décisionnel dans 54 % des entreprises et 40 % décident ensemble managers et employés. En France, le travail en équipes autonomes représente 20 % des cas (contrairement à l’Autriche, la Suède et le Danemark qui sont à plus de 40 % et 60% en management direct).
  • Pratiques RH : 80 % des sites font de la mobilité interne, 65 % de la flexibilité, 69 % de l’épargne temps, 70 % de l’évaluation des performances et 63 % pratiquent une part variable salariale.
  • Représentation des employés : 32 % ont une représentation légale des salariés, 29 % disposent d’un temps syndical suffisant, 32 % reçoivent une formation syndicale et 37 % ont accès à des conseillers externes (experts).
  • Information diffusée aux IRP : stratégique sur l’établissement (70 %), sur les changements et réorganisations (70 %), l’introduction de nouveaux produits ou prestations (plus de 70 %), la situation de l’emploi (85 %) et la situation financière (80 %).
  • Participation directe des employés : discussions sur les réseaux sociaux avec les employés (15 %), par enquêtes (50 %), par suggestions (plus de 50 %), par des réunions occasionnelles en groupes ou commissions (60 %), par des réunions de tous les employés avec le staff (60 %), par newsletters/mails/sites web (plus de 85 %) et par réunions régulières avec management de proximité (près de 90 %)

La comparaison intègre les entreprises des pays de l’Europe centrale dont les pratiques de participation et de management demeurent encore très décalées avec le reste des pays européens.

Chacun peut mesurer la situation de son entreprise au regard des autres entreprises européennes… Le comité d’entreprise aurait ainsi un bon débat…