Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Entreprise > Management > La question du travail au cœur du management

La question du travail au cœur du management

samedi 9 janvier 2016

Deux publications récentes mettent en évidence les enjeux du management dans les entreprises et administrations d’aujourd’hui. Elles montrent l’importance des choix de méthodes et d’outils de management dans la qualité du travail, son efficacité et son vécu.

Le management désincarné

D’après la sociologue Marie-Anne Dujarier, depuis la fin des années 80, les grandes organisations, entreprises ou services publics, imposent des modes de management totalement désincarné. Des cadres sont chargés de faire des plans de management par objectifs, benchmarking, évaluation, lean management, systèmes informatiques… si bien qu’on les appelle les « planneurs ». Tout cela est fait dans des bureaux isolés, en maniant des abstractions, loin de ceux qu’ils encadrent, et avec comme seul contact un ordinateur.

Eux-mêmes ne sont pas complètement satisfaits de leurs fonctions planantes, les jugent souvent inutiles ou désagréables, car loin de la connaissance des réalités et de ceux qui travaillent, même si leur travail - intensif - prend vite un aspect ludique et démiurge. Ces méthodes créent une standardisation du travail des salariés, sans marges de manœuvre. Les salariés opérationnels disent « ne travailler que pour des chiffres », avec des contraintes rigides et un management peu humain. Ils en contestent l’efficacité économique et l’impact sur leur santé.

Manager sans se renier

Le livre de Jean-Paul Bouchet et Bernard Jarry-Lacombe, parce qu’ils connaissent bien ces réalités des grandes entreprises et administrations, prend le parti inverse. Ils connaissent les limites et les entraves rencontrées, l’instabilité, la compétition excessive, l’individualisation, les injonctions contradictoires, les objectifs inaccessibles, les changements successifs sans stratégie visible.

De fait, de nombreux cadres, impliqués et intéressés par l’exercice de leurs responsabilités, vivent mal le manque d’information sur les valeurs, les objectifs et la stratégie, comme la réduction de leur autonomie du fait d’une pression croissante et démesurée. Comment articuler la qualité du travail, les attentes des salariés et la place du collectif ?

Pour les auteurs, le métier de manager, s’il consiste à piloter, organiser, gérer des temps différents est aussi un travail d’animation, de coopération, d’organisation du développement des compétences et des parcours professionnels des salariés qu’ils encadrent. Ils militent pour un management qui donne de l’autonomie, suscite des coopérations, valorise la contribution de chacun, ses capacités et compétences… Donc un management réalisé dans la proximité, qui prend le temps d’écouter et qui accompagne les personnes.

Sans minimiser les contraintes qui sont le plus souvent les leurs, ils cherchent ainsi à articuler valeurs et pratiques du management, favorisant une culture de l’ouverture, le développement de l’expression et de la parole, et le partage des savoir-faire et expériences.

Entre ces deux approches se joue tout l’enjeu de la qualité de vie au travail mais aussi de son articulation avec la performance de ces grandes organisations privées ou publiques.


  • Marie-Anne Dujarier – Le management désincarné. Enquête sur les nouveaux cadres au travail – Éditions la Découverte – 2015.
  • Jean-Paul Bouchet, Bernard Jarry-Lacombe – Manager sans se renier – Préface de Laurent Berger - Éditions de l’Atelier – 2015.