Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Conditions d’emploi > Conditions de travail > Le burn out (épuisement professionnel) : du travail pour les (...)

Le burn out (épuisement professionnel) : du travail pour les CHSCT

samedi 1er février 2014

Le burn out, ou épuisement professionnel, un thème de travail pour les CHSCT et les syndicats.

3,2 millions de personnes, soit 12,6 % de la population active, seraient en état de risque élevé d’épuisement professionnel - ou burn out. C’est la conclusion de l’étude [1] que vient de réaliser le cabinet Technologia qui identifie les conséquences d’un travail excessif et/ou d’un sur-engagement au travail qui se traduisent par une extrême fatigue, une anxiété généralisée, un stress permanent ou une dépression.

Ce risque touche tout particulièrement les agriculteurs (23,5 %), les chefs d’entreprise (19,7 %) et les cadres (19 %). Les femmes (21 %) sont 2 fois plus touchées que les hommes (11 %), essentiellement quand elles ont la charge d’enfants, tout particulièrement quand elles les élèvent seules (28 %).

Comme conclusion, Technologia milite pour la reconnaissance de cet épuisement soit reconnu comme maladie professionnelle, ce qui existe dans d’autres pays européens. Cette mesure serait une réparation pour ceux qui sont déjà touchés.

Mais, sans attendre l’existence de tels dégâts, l’action dans l’entreprise en mettant ce thème à l’ordre du jour du CHSCT, ou par la demande d’une négociation sur les thèmes de l’organisation du travail peuvent éviter d’en arriver là. D’autant plus que l’ANI de juin 2013 sur la qualité de vie au travail invite à une négociation globale en entreprise sur tous les aspects qui conditionnent la qualité de vie au travail. Celui-là en fait évidemment partie.