Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Europe, Monde > #Réalités sociales > Le chômage en Europe

Le chômage en Europe

mercredi 17 décembre 2014

Eurostat vient de produire une publication sur le chômage de la période de 2000 à septembre 2014 dans l’Union Européenne et la Zone euro, en utilisant la définition du chômage de l’Organisation Internationale du Travail, définition qui permet des comparaisons nationales et internationales.

Le taux de chômage est un indicateur important à la fois des domaines du social et de l’économique : chômage dû au cycle économique, mais également aux politiques du marché du travail ; chômage de longue durée (12 mois), progressivement devenu un indicateur important de l’efficacité économique et de la cohésion sociale. Eurostat rappelle également que la mesure du chômage doit être complétée par des indicateurs sur l’emploi et les emplois vacants pour comprendre le marché du travail.

Les principaux résultats :

  1. Le chômage baisse : en septembre 2014, 24,512 millions d’hommes et de femmes de l’Union Européenne (EU 28) étaient chômeurs, 18,347 millions dans la Zone Euro (EU 18), en baisse par rapport à septembre 2013 de 1 818 000 dans l’UE et de 826 000 dans la Zone Euro ;
  2. Le taux de chômage en septembre 2014 : 5,0% Allemagne, 5,1 % Autriche, et 26,4% Grèce, 24 % Espagne. Ce taux baisse en un an dans 21 pays, il est stable en Belgique et en augmentation dans 6 pays ;
  3. L’évolution : le taux de chômage EU 28, de 9,1 % en 2000, 9,2 % en 2004 a progressé à 9,6 % en 2008-2010 pour atteindre 10, 9% au second trimestre 2011 ;
  4. Le chômage des jeunes (15-24 ans), toujours plus élevé que celui tous âges confondus et dont le taux baissait légèrement en 2005-2007, a atteint 23,6% dans l’Union Européenne au 1er trimestre 2013. Eurostat mentionne que le ratio de chômage des jeunes (pourcentage des jeunes au chômage comparé à la population totale des 15-24 ans c’est-à-dire incluant les inactifs et étudiants), plus bas que le taux de chômage (taux de jeunes chômeurs parmi les jeunes actifs), a, en raison de la crise de 2008, également augmenté. Et c’est pour eux que les écarts sont les plus importants : leur taux de chômage est de 58,3% en Grèce, 55,5 % en Espagne et de 7,9 % en Allemagne, 9,2%, en Autriche ;
  5. Les femmes (taux de chômage de 10%), auparavant moins affectées que les hommes (8 %) par le chômage en 2000, sont devenues au cours des années 2008-2009 autant touchées que les hommes. Mi-2013 : le taux est de 10,9% pour les hommes, 10,8 % pour les femmes ;
  6. Le chômage de longue durée : en septembre 2013, 5,1 % de la population active était en chômage de longue durée de plus d’un an, 2,9% de 2 ans et plus, traduisant une augmentation depuis 2012, où ces taux étaient respectivement de 4,7% et 2,6%.

 

 

Mots clés associés à l'article