Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Conditions d’emploi > Rémunération > Le PERCO, un dispositif en essor mais encore sous-utilisé

Le PERCO, un dispositif en essor mais encore sous-utilisé

samedi 17 janvier 2015

Ce n‘est pas un sondage représentatif mais une photographie, auprès d’un certain nombre d’entreprises (60 grandes entreprises (GE) et 400 ETI [1]), qui donne un éclairage sur l’utilisation du PERCO - plan d’épargne retraite collectif - par ces entreprises, adhérentes d’une grosse société d’épargne salariale et retraite, et leurs salariés.

Le Perco permet aux salariés de se constituer une épargne pour la retraite, sous forme de rente ou, si l’accord collectif le prévoit, sous forme de capital. Il peut être mis en place à l’initiative de l’entreprise ou par accord collectif ; il peut aussi être interentreprises.

Les salariés peuvent faire des versements volontaires, y mettre de l’intéressement (dans la limite de 25 % de la rémunération annuelle), y verser la participation, un compte épargne-temps (CET), et les sommes correspondant à des jours de repos non pris (au-delà de la 4è semaine de congés payés) dans la limite de 5 jours par an. L’entreprise peut faire un versement initial et des versements complémentaires (maxima : 6 007,68 € par an et le triple de la contribution du salarié).

De l’enquête auprès de ses clients, la société Amundi a tiré un certain nombre d’analyses :

  1. Quand le Perco est proposé dans une entreprise, 2/3 des salariés des ETI y souscrivent contre 1/3 pour les grandes entreprises, où il y a souvent aussi la possibilité d’actionnariat salarié.
  2. Les versements atteignent en moyenne 1 464 € pour les GE et 1 011 € pour les ETI. L’abondement est plus important dans les grandes entreprises.
  3. Plus l’abondement est important, plus les taux de souscription, les versements et les encours moyens du PERCO sont importants. L’abondement moyen annuel par salarié est de 600 € pour les GE et 498 € pour les ETI.
  4. Créé en 2003 et le temps que le dispositif se mette en place dans les entreprises, le capital moyen est encore limité : 6 500 € dans les grandes entreprises, un peu plus de 3 500 € dans les ETI, ce qui n’assure jusque là qu’un complément de retraite très limité, vue la durée moyenne de la retraite de 23 ans maintenant.

La source :
http://le-groupe.amundi.com/


Notes :

[1ETI= Entreprises de taille Intermédiaire, soit les entreprises ayant moins de 5 000 salariés et un chiffre d’affaires inférieur à 5 millions d’€. Au-delà, ce sont les Grandes Entreprises (GE).