Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Europe, Monde > #Réalités sociales > Le poids des petites entreprises et des travailleurs indépendants dans (...)

Le poids des petites entreprises et des travailleurs indépendants dans l’emploi mondial

mercredi 11 décembre 2019

L’OIT a pu regrouper les données d’emploi de 99 pays, développés ou en développement et de tous les continents. La conclusion est étonnante sur le poids des indépendants et des petites structures dans l’emploi total, malgré les différences de niveau de revenu et de développement économique et social selon les pays. Ce qui en fait un moteur essentiel de l’emploi.

Travailleurs indépendants et salariés des micro et petites entreprises : 70 % de l’emploi

C’est la conclusion à laquelle est arrivé le BIT à partir des data qu’il a rassemblées.

PNG - 71.1 ko

(cliquez sur la vignette pour agrandir l’image)




Même dans les pays développés à haut revenu, ces petites unités économiques représentent 58 % des travailleurs.
Bien entendu, leur poids est encore bien plus important dans les pays de revenu faible, où le total peut atteindre quasi 100 %. Dans ce cas il s’agit en particulier beaucoup d’auto-emplois, qui représentent 66 % en Asie du Sud, 50 % en Afrique subsaharienne et 44 % au Moyen-Orient et Nord de l’Afrique.

PNG - 74.3 ko

(cliquez sur la vignette pour agrandir l’image)




Une part importante du travail dans le secteur informel

Dans ces 99 pays étudiés, 62 % des emplois appartiennent au secteur informel, mais c’est là que se font les grandes différences selon les niveaux de développement des différents pays du monde.

Les ratios des pays à faible PIB par habitant vont jusqu’à 90 % de travail informel, tel au Bénin, en Côte d’Ivoire ou à Madagascar. Au contraire, dans les pays à PIB par habitant élevé, le taux de travail informel peut tomber à 5 % tel en Autriche, en Belgique, en Suisse, ou à Brunei.

Le travail informel se retrouve en particulier dans l’agriculture, beaucoup moins dans l’industrie et les services. Ses multiples inconvénients sont l’absence de sécurité et de protection sociale, des revenus bas, des lacunes dans la santé et la sécurité du travail, la faiblesse des relations professionnelles.

Soutenir les petites unités économiques, un élément central pour l’OIT

En raison de l’importance économique des petites unités partout dans le monde, l’organisation internationale incite à en faire un élément fondamental des stratégies de développement économique et social, en particulier pour les pays en développement, et de promouvoir la transition vers l’économie formelle et la durabilité environnementale. Mais beaucoup de ses préconisations sont utiles dans tous les pays, comme l’importance de créer un environnement favorable, avec l’accès à la finance et aux marchés, de favoriser l’entreprenariat au féminin, mais aussi de garantir leur représentation effective, tant des employeurs et indépendants que des salariés et de veiller à ce que le dialogue social s’y applique réellement.

Définitions utilisées dans ce document



- emploi indépendant : travailleurs indépendants sans salariés, donc travaillant pour leur propre compte

- microentreprises : jusqu’à 9 salariés

- petites entreprises : de 10 à 49 salariés.



Sources


 

 

Mots clés associés à l'article