Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Entreprise > Catégories d’entreprise > Le poids du secteur public et les échanges avec le privé

Le poids du secteur public et les échanges avec le privé

jeudi 1er décembre 2011

Selon une récente note de l’INSEE, en 2010, l’État contrôlait plus de 1 200 sociétés qui employaient 791 900 salariés. Mais les chassés croisés se multiplient entre entreprises du privé et entreprises publiques .

Fin 2010, parmi les 1 217 sociétés publiques, l’État ne contrôle directement que 93 sociétés « de premier rang », par la détention directe de plus de la moitié de leur capital. Les trois plus importantes, La Poste, la SNCF, EDF et leurs 771 filiales, totalisent 575 300 emplois, soit plus de 72 % de l’ensemble des personnels des sociétés publiques.

Le secteur tertiaire concentre 80 % des effectifs, à commencer par le transport-entreposage qui regroupe 500 000 salariés (La Poste, SNCF, RATP.). L’industrie recule légèrement, mais EDF et le CEA emploient 110 000 salariés. Et dans le domaine agricole, seule l’ONF est un établissement public.

Public-privé : les passages de l’un à l’autre ou de l’autre à l’un se multiplient

L’année a été marquée par l’absence de privatisation et par la prise de participation de sociétés publiques dans de nouvelles entreprises. Par exemple la SNCF a pris le contrôle de deux sociétés et EDF a poursuivi ses acquisitions dans le secteur de l’éolien et du solaire. De nombreux échanges de sociétés entre secteurs privé et public ont marqué l’année. Plus d’une soixantaine de sociétés ont quitté la sphère publique du fait de ventes de filiales ou de cessations d’activité, concernant plus de 7 000 personnes. À l’inverse, plus de 330 sociétés entrent dans le secteur public, soit environ 22 000 salariés.