Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Conditions d’emploi > Conditions de travail > Le télétravail se répand rapidement

Le télétravail se répand rapidement

mercredi 17 avril 2019

Longtemps resté un concept largement discouru mais peu concrétisé, le télétravail se répand rapidement : à la fin de 2018, près de 30 % des salariés le pratiquent (29 %), 7 jours par mois en moyenne. Le télétravail informel reste dominant, mais la pratique contractualisée est en forte hausse (+50 %) en un an. Tels sont les résultats de l’étude récente effectuée par Malakoff Médéric avec l’Ifop.

Une aspiration au télétravail

Si près de 30 % le pratiquent, 56 % des salariés souhaiteraient en bénéficier. Les salariés y trouvent un gain de fatigue, en particulier celle des trajets, une meilleure articulation de leur vie professionnelle et personnelle, par la souplesse des horaires. Aussi, 8 télétravailleurs sur 10 apprécient ces avantages.

Ils sont également très positifs sur les répercussions sur leur travail, de même que leurs managers et dirigeants, avec une meilleure qualité de vie au travail ainsi qu’une performance et une productivité accrues. Ils sont en effet moins stressés, le calme leur permet une meilleure concentration. De plus, l’éloignement les entraine vers une plus grande autonomie et responsabilité, aux yeux des dirigeants et managers. Et 83 % des salariés se sentent plus engagés dans leur travail.

Des risques, malgré tout

L’équilibre vie personnelle et professionnelle n’est pas toujours réalisé : pour 60 % des salariés, il y a empiètement du travail sur la vie privée et la moitié disent vivre une surcharge de travail et autant craignent une addiction au travail. En effet, le télétravail efface en grande partie la frontière entre vie professionnelle et personnelle.

Se pose aussi la question des conditions de travail car plus d’un télétravailleur sur 2 n’a pas de lieu et de poste de travail spécifique. De plus les effets sur la santé au travail sont aussi à prendre en compte, avec des risques de sédentarité et de mauvaises postures.

Également, plus d’un sur deux, 54 %, sont sensibles au risque d’une perte de lien social et d’un isolement loin du collectif de travail.

Le télétravail représente donc un gros changement de mode de travail, qu’il est nécessaire de préparer pour le candidat au télétravail, et pour que l’entreprise assure un suivi.

Un management à repenser

En effet, le management ne peut s’organiser de la même façon qu’avec des salariés présents. Des questions différentes sont à prendre en compte : l’organisation du poste de travail, des conditions de travail des télétravailleurs, l’accompagnement des télétravailleurs et le bilan de leur fonctionnement. D’autre part, travailler avec des salariés distants suppose une autre organisation du travail et d’autres pratiques managériales : en particulier de repenser la délégation à ces télétravailleurs et le contrôle de tâches, dans un management de confiance, mais aussi mettre en place une organisation permettant de maintenir des liens collectifs.

Ce renouvellement du mode de management passe par le souhait d’une formation pour 85 % des managers. Pourtant, seuls 31 % bénéficient aujourd’hui d’un accompagnement. Ce qui semble bien insuffisant, vu les changements que suppose le télémanagement à distance, pour que le développement du télétravail soit réussi pour tous.

Cette enquête - et les réalités qu’elle découvre et analyse - montre tout l’intérêt de préparer le développement du télétravail par une négociation d’entreprise qui permettre la discussion des conditions de sa réalisation afin d’assurer la réussite de sa mise en place et la qualité de vie au travail des télétravailleurs.



Source