Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Environnement économique > Emploi > Le travail temporaire en 2015

Le travail temporaire en 2015

mercredi 15 juillet 2015

Le travail temporaire peut être aussi un indicateur économique

Pour les économistes, il existe une bonne corrélation entre les évolutions du PIB et les effectifs de l’intérim, c’est-à-dire que les variations des valeurs du PIB et celles des effectifs intérimaires évoluent dans le même sens, en raison de liaisons entre ces deux variables (hausse de l’intérim / croissance du PIB, baisse de l’intérim / baisse du PIB). Cette corrélation existe en France.

Dans ce cadre, il a pu être vérifié que les évolutions de l’intérim devancent de quelques mois celles du PIB, tant dans les phases descendantes qu’ascendantes du cycle économique. Ainsi, l’information sur l’évolution des effectifs intérimaires peut permettre de prévoir les tendances et l’amplitude de l’activité économique et donc du PIB.

Par exemple la forte baisse de l’activité intérimaire en 2008 constituait le signal fort d’un ralentissement économique appelé à se prolonger en 2009…

Où en est le travail temporaire en 2015 ?

Après le point bas atteint en mars 2009, inférieur de 35% aux effectifs de début 2008, le marché de l’intérim a repris une progression quasi-continue pour atteindre un pic en mars 2011, suivi d’un mouvement de repli jusqu’en octobre 2012. Depuis, on assiste après treize mois de baisse à une progression continue, et ce depuis seize mois.

Selon l’INSEE, le nombre de travailleurs intérimaires représentait 2,9 % des salariés des secteurs concurrentiels à la fin du 1er trimestre 2015 pour un effectif de 531 000 intérimaires, en baisse par rapport au dernier trimestre de 2014 et en légère hausse sur 1 an de 0,8 %. Selon les sources de Pôle Emploi, la progression sur un an est due surtout à une progression de plus de 23% dans la fabrication de matériel de transport (aéronautique) et la plus forte chute dans le BTP de l’ordre de 16% en un an.

La baisse depuis fin 2014 touche tous les secteurs, - 0,3% dans l’industrie surtout -, 6,3% dans la construction (6 400 postes) et - 0,9% dans le tertiaire.

La dernière enquête de confiance des chefs d’entreprise du travail temporaire pour l’activité des prochains mois est plutôt défavorablement orientée. Pour l’INSEE l’activité intérimaire reste volatile sans tendance marquée (bien que le nombre de contrats signés au 1er trimestre 2015 progresse de 3,7%) et par conséquent sans capacité indicative sur la croissance économique.


Sources :