Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Dialogue social > Etat > Les décisions du sommet social du 18 janvier 2012

Les décisions du sommet social du 18 janvier 2012

dimanche 22 janvier 2012

Sommet social : court terme, accord réservé ; moyen terme, opposition résolue.

Au sommet social du 18 janvier, deux sortes de conclusions :
1/ Les mesures d’urgence à court terme

  1. Développement du chômage partiel grâce à des simplifications administratives et des crédits budgétaires supplémentaires de l’ordre de 100 millions d’€.
  2. Développement de l’usage des dispositifs « former plutôt que licencier » pour les secteurs en crise (40 millions).
  3. Embauches de 1 000 CDD à Pôle Emploi.
  4. Chômeurs de très longue durée (2 ans et plus), nouveau plan d’accompagnement, 150 millions.
  5. Zéro charges pour les jeunes embauchés dans les TPE, pendant 6 mois.
  6. Le président a aussi annoncé une réforme radicale de la formation professionnelle et la recherche d’une amplification des contrats en alternance.

Pour la CFDT ce sont des « avancées utiles, mais insuffisantes et dont le financement n’apparaît pas clair et pour FO, les syndicats ont « engrangé une série de choses », mais cela« "ne va pas modifier fondamentalement la situation économique et sociale ».

Ces deux organisations avaient d’ailleurs réclamé avant le sommet des mesures proches de ce qui est retenu par le chef de l’Etat.

La CGT estime que ces mesures n’auront aucun impact sur l’emploi.

2/ Deux projets à moyen terme

Le président de la République a annoncé vouloir mettre en œuvre prochainement la création d’une « TVA sociale », idée contre laquelle toutes les organisations syndicales se sont élevées, à la fois sur la forme, (décision trop rapide) et sur le fond (baisse du pouvoir d’achat, notamment). (Voir article sur le site)

Le président a aussi évoqué avec précaution la question des accords dits de compétitivité où la négociation d’entreprise porterait sur le triptyque : emploi-temps de travail-salaire.

 [1]


Notes :

[1Le sommet social du 18 janvier 2012 ? Sommet de l’urgence et sommet mené dans l’urgence. La France poursuit un mode de concertation où se prennent en quelques jours des décisions qui, dans la plupart des autres pays européens, prennent des semaines, voire des mois.

Insuffisantes, mais utiles ont jugé plusieurs syndicats. Reste alors à les mettre en œuvre si leur financement (par redéploiement) est confirmé. Cette mise en œuvre repose pour beaucoup sur les entreprises. Les organisations patronales vont-elles faire le service après vente ? Les représentants syndicaux sauront-ils aussi booster leurs employeurs ?