Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Société > Inégalités, discriminations > Les inégalités de patrimoine toujours fortes malgré une légère (...)

Les inégalités de patrimoine toujours fortes malgré une légère décrue

mercredi 28 décembre 2016

Entre 2010 et 2015, les inégalités de patrimoine se réduisent légèrement d’après l’INSEE mais demeurent importantes et d’une extrême disparité. De plus, elles se sont accentuées parmi les ménages les plus modestes. Enfin, si les inégalités de manière générale se sont réduites en 2015, l’observation statistique depuis l’an 2000 montre que les plus aisés ont gagné en pouvoir d’achat alors que les plus pauvres en ont perdu.

Des inégalités de patrimoine beaucoup plus marquées que celles des revenus

Début 2015, la moitié des ménages vivant en France déclarent un patrimoine brut supérieur à 158 000 euros. Les 10 % de ménages les mieux dotés possèdent au minimum 595 700 euros d’actifs soit près de la moitié du patrimoine national , alors que les 10 % les plus modestes en détiennent au maximum 4 300 euros chacun, soit 139 fois moins. Ces écarts de fortune sont très importants. (Voir tableau en fin d’article sur le patrimoine net des français par catégorie).

Les inégalités de patrimoine sont beaucoup plus marquées que celles des revenus. À titre de comparaison, en 2014, le revenu maximal des 10 % de ménages les plus modestes est 4,6 fois moins élevé que le revenu minimum des 10 % les plus aisés.

L’immobilier reste la composante la plus importante du patrimoine brut
Le patrimoine des ménages est principalement constitué de biens immobiliers (61 %) et pour la moitié des ménages il représente plus de 80 % de leur patrimoine brut total. La résidence principale est la composante essentielle de ce patrimoine immobilier. Près de six ménages sur dix sont propriétaires ou accédants à la propriété de leur résidence principale indique le rapport de l’INSEE.

Jusqu’à 70 ans, le montant du patrimoine augmente avec l’âge, puis décroît ensuite

De manière générale, le montant du patrimoine détenu par les ménages croît avec l’âge de la personne de référence jusqu’à 70 ans, puis décroît ensuite. Ainsi, le patrimoine net moyen passe de 37 400 euros pour les ménages dont la personne de référence a moins de 30 ans à 340 600 euros pour les ménages dont la personne de référence a entre 60 ans et 69 ans, pour retomber à 286 100 euros pour les ménages les plus âgés. Pour l’INSEE, le patrimoine suit généralement une logique d’accumulation avec l’âge puis de désaccumulation au moins partielle.

Un patrimoine plus important et plus diversifié pour les indépendants que pour les
salariés

Au-delà des effets d’âge et de revenus, les logiques d’accumulation patrimoniale et les motifs d’épargne diffèrent nettement entre salariés et non-salariés. Les indépendants (actifs ou retraités) possèdent ainsi un patrimoine brut en moyenne beaucoup plus élevé que celui du reste de la population, respectivement 574 900 euros contre 210 800 euros, début 2015, en lien avec leur activité professionnelle. Ainsi en moyenne, 32 % de leur patrimoine brut est composé d’actifs professionnels, pour la plupart directement liés à leur activité. Ils s’en défont au moment du passage à la retraite, notamment par le biais de donations dans le cadre familial. Par ailleurs, exposés à des fluctuations de revenus plus fortes que les salariés et bénéficiant de droits à la retraite plus restreints, les ménages d’indépendants, notamment en activité, sont plus enclins à épargner. Ainsi, 13 % d’entre eux contre 5 % des autres ménages, détiennent un patrimoine privé diversifié.
Parmi les ménages de salariés en activité, les inégalités de patrimoine sont, comme les disparités salariales, très marquées entre catégories socioprofessionnelles : le patrimoine brut moyen des cadres est ainsi 4 fois supérieur à celui des ouvriers non qualifiés.

Les inégalités de patrimoine baissent peu mais s’accentuent parmi les ménages modestes

L’INSEE indique que si les inégalités de patrimoine brut baissent très légèrement, la situation relative des ménages en bas de l’échelle des patrimoines s’est détériorée entre début 2010 et 2015. Le patrimoine moyen des 10 % de ménages les moins dotés, presque intégralement constitué de compte chèques et de livrets d’épargne réglementée, a en effet fortement diminué depuis début 2010 (- 30,2 %). Leur montant est ainsi passé de 250 euros en 2010 à 150 euros en 2015 pour les comptes chèques et de 110 euros à 90 euros pour les livrets d’épargne réglementée.

Seul rayon de soleil, progression de l’immobilier chez les ménages les plus jeunes

Sur la période, le nombre d’accessions à la propriété a en effet progressé parmi les ménages les plus jeunes. La part de propriétaires accédants à leur résidence principale, stable dans l’ensemble de la population, a augmenté de 4,2 points chez les moins de 30 ans pour atteindre 14,6 % début 2015 en raison des faibles taux d’emprunt.

Le patrimoine des Français par catégorie socioprofessionnelle
Catégorie socioprofessionnelle de la personne de référence du ménage Patrimoine net moyen
Agriculteur 510 500
Artisan, commerçant, chef d’entreprise 218 500
Profession libérale 377 900
Cadre 204 600
Profession intermédiaire 88 600
Employé 24 800
Ouvrier qualifié 42 000
Ouvrier non qualifié 16 400
Retraité ancien agriculteur 177 500
Retraité ancien artisan, commerçant, chef d’entreprise 250 700
Retraité ancien cadre ou prof. libérale 396 100
Retraité ancien salarié 145 300
Autre inactif 6 500

source Insee


Sources