Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Conditions d’emploi > Rémunération > Les très hauts salaires

Les très hauts salaires

dimanche 16 mai 2010

En 2007, 1 % des salariés à temps complet, les mieux rémunérés du secteur privé, perçoivent un salaire brut annuel moyen de 215 600 euros : ces 133 000 très hauts salaires qui dépassent 125 000 euros touchent trois fois plus que les hauts salaires (71 000 euros en moyenne) et sept fois plus que la moyenne des salariés à temps complet (32 000 euros). Ce sont principalement des dirigeants d’entreprise, des professionnels de la finance ou des commerciaux. Relativement plus âgés que les autres salariés, ils travaillent majoritairement en Île-de-France et habitent souvent dans l’Ouest parisien. Même si la proportion de femmes au sein de cette population s’accroît, elle reste modeste (13 %). Les très hauts salaires qui avaient déjà un emploi en 2002, ont bénéficié, au cours des cinq années suivantes, d’augmentations substantielles : + 5,8 % par an, en moyenne et en euros constants, pour ceux qui étaient déjà « au top de la hiérarchie salariale » en 2002 et + 14,5 % pour ceux qui y ont accédé en cours de période, contre + 2,3 % en moyenne pour l’ensemble des salariés ayant travaillé continûment sur la période 2002-2007.

Dans la Fonction publique, ils seraient 1 200 dans la fonction publique d’Etat et quelques centaines dans la territoriale à dépasser les 125 000 euros annuels. Par contre, chez les non-salariés, 160 000 atteignent de très hauts revenus d’activité comparables aux très hauts salaires du secteur privé, soit près de 8% des non-salariés. Il s’agit des professions de santé, métiers du droit, conseils, architectes, etc..