Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Dialogue social > Conflits > Merci, Monsieur Villepin

Merci, Monsieur Villepin

samedi 1er avril 2006

La République s’incline devant l’un de ses meilleurs éléments. Merci.

Merci,
Merci d’avoir rassemblé les familles habituellement désunies du syndicalisme français

Merci d’avoir mis le désordre dans le clan patronal

Merci d’avoir relancé une gauche ravie de l’aubaine

Merci d’avoir épargné aux lycéens et étudiants les fatigues d’un second trimestre, le plus important
de leur scolarité

Merci d’avoir libéré les profs de facs de cours ennuyeux et répétitifs pour leur offrir du temps pour
leurs recherches

Merci pour donner l’occasion à de nombreuses facs de devoir repeindre leurs locaux et renouveler leur matériel

Merci d’avoir fait comprendre à une jeunesse en désarroi le sens de la lutte collective

Merci d’avoir réhabilité le CRS défenseur des vitrines et non tabasseur d’étudiants

Merci d’avoir consolidé cette culture française de refus du compromis et de l’horreur de la
négociation

Merci d’avoir fait passer la majorité des députés pour des godillots sans saveur

Merci d’avoir ridiculisé notre Président ravagé par tant d’années passées sous le collier politique

Merci d’éloigner un peu plus de notre pays des étrangers hagards mais jaloux devant nos emportements

Merci de cette humilité qui vous fait céder devant une poignée de lycéens et des syndicats, alors que vous avez résisté à l’impérialisme américain

Merci de cette pédagogie par l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire qui profitera à l’ENA qui
aujourd’hui récupère vos discours et vos arbitrages

Merci d’avoir montré que même un chef de gouvernement peut être aussi stupide qu’un chauffard irascible et que crétin peut rimer avec Villepin. Vous avez moins de deux ans d’ancienneté, on peut vous licencier sans motif !

La France reconnaissante vous présentera alors au poste de Secrétaire Général de l’ONU.
Là vous y serez plus à l’aise que dans ce petit pays. A ce poste, grâce à vous, Malte entrera
en guerre contre les îles éoliennes.

La République s’incline devant l’un de ses meilleurs éléments. Merci.