Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Conditions d’emploi > Conditions de travail > Qualité de Vie au Travail : Accord signé à TéléDiffusion de France (...)

Qualité de Vie au Travail : Accord signé à TéléDiffusion de France (TDF)

samedi 23 juin 2018

La Qualité de Vie au Travail est un facteur de développement du bien-être tant individuel que collectif des salariés et contribue à la performance sociale et économique de la société. Sur la base de ces principes, la société TéléDiffusion de France (TDF) souhaite impulser avec les organisations syndicales une démarche permanente d’amélioration de la Qualité de Vie au Travail (QVT) de ses salariés. Un accord triennal concernant 1 600 salariés a été signé chez TDF SAS (ancienne filiale de France Télécom), le 23 mai 2018, par la CFDT et la CGT. Cet accord prolonge le plan d’action mis en place, il y a trois ans, sur le télétravail et l’égalité professionnelle et améliore la prise en compte de la « grand-parentalité active ».



Les engagements de l’accord, en faveur de la Qualité de Vie au Travail s’articulent autour des 5 axes

  • Le renforcement du rôle de chacun dans la promotion de la QVT.
  • L’équilibre des temps de vie.
  • La santé et le bien-être au travail.
  • La qualité des environnements de travail.
  • Les engagements en matière de solidarité et de diversité.

Promotion de la QVT par de bonnes pratiques managériales et l’implication des salariés

  • Mise en place d’une formation à la problématique pour l’ensemble des managers.
  • Apprendre à développer une capacité à détecter des situations à risques et à les résoudre, de manière à prévenir les situations de risques psychosociaux et les situations de harcèlement. Les RRH de proximité suivront également cette formation, ainsi qu’un « module complémentaire ».
  • Sensibiliser les managers au droit à la déconnexion.
  • Apprendre à maintenir le collectif et donner du sens afin de faciliter et fluidifier la communication et les interactions au sein de l’équipe (par le biais du management collaboratif).

- « Tous les salariés ont leur rôle à jouer dans l’amélioration de la QVT » :

  • Contribution active et bienveillante au bon vivre ensemble et dans la prévention et l’identification des situations de risques psychosociaux. Les salariés sont invités à signaler aux acteurs de leur choix (managers, RRH de proximité, représentants du personnel, services de santé au travail, assistance sociale) les situations individuelles ou collectives à risques dont ils ont connaissance.
  • Des groupes d’expression QVT animés par la DRH seront par ailleurs mis en place « en cas de remontée d’une difficulté ou d’un dysfonctionnement auprès d’un ou plusieurs acteurs de la QVT ».

Assurer l’équilibre des temps de vie

  • Par une bonne gestion des « congés payés ».
  • Par un droit à la déconnexion en incitant les salariés à ne pas consulter leur messagerie et à ne pas utiliser leurs outils numériques en dehors de leur temps de travail habituel, sauf pour les astreintes.
  • Par un droit à la « connexion choisie ». Une charte des bonnes pratiques sur l’utilisation des outils numériques et le droit à la déconnexion sera établie, ainsi qu’une liste de préconisations pour mieux réguler l’usage des mails.
  • Des dispositions portent sur l’organisation des réunions, pour lesquelles des « règles d’or » sont définies, telles que le respect des horaires collectifs lors de leur programmation ainsi que le timing de la réunion elle-même.

Prévenir les risques psychosociaux (RPS), par la mobilisation du responsable santé, les services Santé au Travail, l’assistante sociale, l’instance chargée des questions d’hygiène et de sécurité au travail, les délégués du personnel

  • Les outils utilisés, outre les groupes d’expression incluent le recours à une cellule d’écoute des salariés. TDF propose un dispositif d’écoute téléphonique, géré par un prestataire externe qui garantit une écoute effectuée par des psychologues spécialisés. « L’objectif est de permettre aux salariés d’échanger, d’être soutenus et de prendre du recul sur une situation difficile qu’ils vivent ou dont ils sont témoins ». Un numéro est spécialement dédié aux salariés de TDF et l’entretien débouche, le cas échéant, sur l’orientation du salarié vers un psychologue de ville en fonction de la situation rencontrée. Ce dispositif prend en charge 12 heures de consultation par an chez le psychologue.
  • L’accord prévoit aussi un dispositif d’aide au retour à l’emploi après un arrêt maladie prolongé.

Promouvoir la solidarité, par le don de jours

  • Amélioration des dispositifs légaux pour certaines situations difficiles dans lesquelles le salarié a besoin de temps pour accompagner son proche.
  • Répondre aux situations d’urgence notamment par les autorisations d’absence rémunérée pour maladie d’un membre de la famille, le congé de soutien familial, le congé de présence parentale.
  • Le souhait de bénéficier d’un don de jours peut ainsi être formulé par un salarié, qui aide une personne âgée ou handicapée avec laquelle il réside ou avec laquelle il entretient des liens étroits et stables, à qui il vient en aide de manière régulière et fréquente, à titre non professionnel.
  • Concernant la parentalité, TDF s’engage à adopter une souplesse, en fonction des nécessités de service, concernant l’acceptation et l’aménagement du temps partiel ou la pose des congés payés et ARTT pour permettre aux salariés grands-parents de s’occuper de leurs petits-enfants pendant les vacances scolaires et/ou le mercredi.
Plusieurs dispositifs sont mis en place pour favoriser l’engagement citoyen, qu’il soit solidaire, humanitaire ou civique qui, lorsqu’il est partagé par l’entreprise et ses salariés, joue un rôle dans le développement du sentiment d’appartenance et de la cohésion d’équipe. Engagement pour les jeunes issus de milieux populaires, accompagnement des salariés réservistes avec maintien du salaire…

Référence