Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Protection sociale > Retraite > Réforme des retraites, les propositions PS et UMP

Réforme des retraites, les propositions PS et UMP

samedi 27 juillet 2013

Si les deux partis relèvent les difficultés actuelles du système de retraites, la prévision de déficit de 20 milliards pour 2020 comme la nécessité de la réforme, les propositions* diffèrent fortement, marquées par l’idéologie de chacun. Le Parti socialiste conteste beaucoup des préconisations du rapport Moreau et la gravité de la situation, tandis que l’UMP critique les premières déclarations du Président de la République et du Premier ministre sur le sujet sans vraiment proposer un projet fini.

LE PARTI SOCIALISTE

Quatre objectifs

  1. Pour le PS, le premier objectif est de garantir le niveau des retraites, en particulier des petites retraites, car un million de retraités vit sous le seuil de pauvreté avec moins de 890 euros par mois, une partie d’entre eux étant bénéficiaires de l’ASPA (allocation de solidarité aux personnes âgées). Il veut ensuite :
  2. Promouvoir une plus grande égalité entre les femmes et les hommes, car en 2008, le montant moyen de la retraite totale était de 1 740 euros pour les hommes contre 1 157 euros pour les femmes,
  3. Intégrer dans la réforme la prise en compte de la pénibilité,
  4. Assurer le financement des retraites de « façon durable et juste ».

Les priorités

  1. Rassurer les jeunes générations sur la pérennité du système, car le départ en retraite des « baby-boomers » devenus « papy-boomers » menace l’équilibre du système, d’autant plus que le fonds de réserve a été utilisé pour d’autres objectifs depuis 2010.
  2. Pérenniser le système par répartition par des financements justes :
  3. sans relever les bornes d’âge, injuste pour ceux qui ont travaillé tôt et ceux dont l’espérance de vie est plus courte, ni accélérer le calendrier de relèvement,
  4. sans désindexer les pensions,
  5. par de nouvelles recettes :
  • un effort « modéré » d’augmentation des cotisations, patronales et salariées, dans le privé comme dans le public,
  • une « mise à contribution des revenus du capital »,
  • une contribution des retraités aisés au même niveau que les actifs, sans supprimer l’abattement de 10 %,
  1. par un allongement possible des durées de cotisation, après 2020, au maximum de la moitié des gains d’espérance de vie.
  2. Avancer vers l’égalité hommes-femmes, par une amélioration des droits familiaux, une majoration forfaitaire par enfant qui permettrait de garantir une meilleure redistribution au bénéfice des femmes et par une correction des inégalités d’accès aux pensions de réversion.
  3. Mieux prendre en compte la pénibilité, particulièrement par la définition de politiques de compensation pour les salariés concernés, notamment dans la définition des conditions de départ en retraite par le biais de bonifications de trimestres.
  4. Mieux prendre en compte les parcours des jeunes dans l’emploi : en particulier les premières années de la vie active en augmentant la durée d’assurance validée. En complément, un dispositif devra permettre de prendre en compte les stages, les périodes d’apprentissage et d’alternance ainsi qu’une partie des études.
  5. Pallier les accidents de parcours, la complexification des carrières et mieux prendre en compte les polypensionnés, par une meilleure coordination entre les régimes alignés afin de simplifier et d’améliorer le calcul de leur pension.
  6. Donner une meilleure place aux seniors dans la société. Une réflexion sur les retraites doit aller de pair avec une réflexion sur le travail des seniors, c’est-à-dire sur la valorisation des seniors dans les organisations, notamment à travers la transmission des savoirs, sur les conditions de leur maintien dans l’emploi, sur la formation professionnelle à destination des seniors de même que sur l’aménagement des postes de travail à destination des seniors.

L’UMP (union pour un mouvement populaire)

Quatre principes

  1. Eviter de nouvelles augmentations d’impôts ou la baisse des pensions des retraités, en raison du recul du pouvoir d’achat et du niveau de la pression fiscale.
  2. Rapprocher plus rapidement les différents régimes de retraites, en harmonisant davantage les durées de cotisation, le mode de calcul des pensions, les taux de cotisation, les âges de départ, la prise en compte de tous les éléments de rémunération. Cette unification pourrait être le préalable à une réforme plus structurelle avec un système (nldr : unifié) par points qui permet de mieux s’adapter à la spécificité de chaque carrière.
  3. Aller vers un allongement de la durée de travail en fonction de l’évolution de l’espérance de vie : Il faut donc repousser les bornes d’âge en augmentant la durée de cotisation et repousser l’âge de départ à la retraite à 65 ans.
  4. Ne pas s’arrêter à une réforme uniquement comptable. Aborder d’autres aspects comme le travail des seniors, l’évolution des carrières, la situation des travailleurs handicapés, le développement de l’épargne retraite, la situation des polypensionnés...

Toute réforme des retraites doit être menée de front avec une politique économique qui favorise la compétitivité et une politique familiale qui encourage la natalité.


PS :

* on trouve ces positions dans les sites de ces partis :
- L’UMP : http://bit.ly/18JhCHw
- Le PS : http://bit.ly/11m2rP4