Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Entreprise > Management > Relations de travail, la place des collègues

Relations de travail, la place des collègues

mercredi 22 décembre 2010

L’Observatoire du travail, coopération entre BVA, L’Express et BPI, vient de publier un sondage sur les relations au travail. Intéressant, car apportant des points de vue décalés avec les lectures sur le stress et les tensions au travail.

La majorité des salariés est satisfaite des relations de travail existantes dans leur service. C’est la qualité des relations avec les collègues qui est particulièrement appréciée (88% de satisfaits). Deux tiers des interviewés (67%) déclarent d’ailleurs voir leurs collègues en dehors du travail.

La qualité des relations avec les collègues contribue à créer une ambiance positive au sein du service pour 70% des salariés : esprit d’équipe, solidarité et confiance qualifient cette ambiance.

Il reste tout de même des facteurs négatifs, même s’ils ne sont pas majoritaires : égoïsme, tensions. Il faut aussi noter qu’un tiers des salariés se sentent isolés et que 17% se disent discriminés.

Les relations avec le supérieur hiérarchique sont bonnes, mais restent respectueuses et simplement professionnelles. Quant à la direction, la moitié des salariés estiment qu’elle n’attache pas d’importance à la qualité de l’ambiance au travail.

La solidarité et le soutien des collègues concernent avant tout les besoins du travail au quotidien, les problèmes d’organisation du travail, les avis étant toutefois plus prudents sur le soutien apporté par les collègues en cas de conflits avec la hiérarchie et de plan social et risque de licenciement. Les salariés parlent de leur travail avec leurs collègues, 74%, leur chef hiérarchique, 61%, mais seulement pour 29% avec des représentants du personnel ou des syndicats.

Cette relation privilégiée avec les collègues de travail se retrouve enfin dans la création de groupes de salariés pour avoir des échanges professionnels ou faire valoir des droits.

Cette enquête devrait interpeller les DRH et les syndicalistes. L’avertissement aux syndicalistes est manifeste : si les syndicalistes ne parlent pas de ce qui intéresse les salariés, leur travail, les salariés font sans eux. Et si les syndicalistes poursuivent un discours négatif alors que les salariés sont plutôt satisfaits de l’ambiance au travail, les salariés s’en éloignent.

Ce constat recoupe les résultats du sondage publié par l’association Dialogue. Si l’opinion est davantage favorable aux syndicats, il leur est pourtant reproché d’avoir un discours toujours négatif. Il y a là une réflexion à mener par les syndicalistes sur les ressorts des relations au travail.