Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Dialogue social > Négociation > Représentativité et signatures d’accords à La Poste

Représentativité et signatures d’accords à La Poste

samedi 28 février 2015

À la Poste, élections en décembre, accords en février. L’accord « Un avenir pour chaque postier », recalé en septembre, vient d’être adopté le 5 février ainsi que deux autres accords sur les rémunérations. L’évolution du score des différents syndicats lors des élections de décembre 2014 explique cela. Il s’agit d’une étape extrêmement importante du groupe La Poste dans un contexte de grands changements quant aux missions et donc aux métiers des postiers.

En effet, la distribution du courrier, socle historique de la Poste, est en recul permanent. Ce recul s’élève à 6% ou 7% ces dernières années. Il était donc urgent qu’en parallèle du plan stratégique 2020 annoncé par le PDG Philippe Wahl il y a un an, soit conclu le volet social de ce changement de modèle économique et social, au risque sinon de laisser sur le bord du chemin bien des facteurs et agents du tri. Rappelons que la Poste emploie 240 000 salariés, fonctionnaires ou contractuels de droit privé.

Un accouchement difficile

  • En septembre, ce même accord, à quelques changements près, avait été recalé car les possibles signataires (CFDT, UNSA, CGC et CFTC) ne représentaient pas les 30% nécessaires à sa validation. La CGT, FO et Sud n’avaient pas signé l’accord, l’invalidant de fait. Les signataires, avaient dénoncé ce blocage comme préjudiciable aux postiers durant la campagne électorale.

Les élections de représentativité ont changé la donne

  • Dans le nouveau paysage après les élections de décembre qui a recomposé le paysage syndical des postiers et où la CFDT est passée de la 4e à la 2e place avec 22,51 %, les signataires de septembre représentent aujourd’hui 32 % des voix à La Poste. FO, qui pèse 19,97 % de l’électorat, s’est jointe aux signataires de septembre pour un accord largement majoritaire.

Donnant raison aux signataires de la déclaration commune sur la représentativité (CFDT, CGT, MEDEF, CGPME), du 9 avril 2008, les accords à la Poste montrent la force de la légitimité acquise lors des élections professionnelles et partant l’importance de la réforme de la représentativité censée répondre aux divers blocages caractérisant le dialogue social à la française.

Le contenu des accords

  • Le premier intitulé « Un avenir pour chaque postier » reprend les mesures et dispositifs prévus initialement portant sur la formation professionnelle, ainsi que des mesures d’accompagnement à la mobilité et sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. Il exclut tout départ contraint au cours des cinq années à venir. L’effort en terme de formation est très important avec notamment des parcours qualifiants (10 000 par an) pour accompagner les changements de métiers et les revalorisations de fonction.
  • Les deux autres accords portent sur les rémunérations. L’un prévoit un complément de rémunération pour tous les postiers. Il est signé par la CGT, la CFDT, la coordination UNSA-CGC et la CFTC. Le deuxième fait évoluer les grilles indiciaires et est validé à l’unanimité, y compris Sud.

Une transformation du modèle économique attendu

  • La Poste mise désormais sur le développement de ses autres métiers comme la Banque Postale, le transport de colis légers en France et en Europe et la diversification des services offerts par les facteurs comme l’expérience, en cours dans le Gers, de passage systématique une fois par semaine chez des personnes âgées isolées. Ces changements doivent s’accompagner d’une évolution des métiers et d’une mobilité professionnelle voire territoriale. Les partenaires sociaux signataires font le pari que cela se fera avec les postiers actuellement dans le groupe.

Les réactions

  • « La CFDT se réjouit que l’intégralité des mesures et dispositifs contenus dans l’accord initial puissent enfin bénéficier aux postiers » tout en estimant qu’un an a été perdu. Tels sont les termes du communiqué de la fédération CFDT de la communication, conseil, culture suite à la signature de l’accord.
  • FO Communication, qui avait rejeté le pacte « Un avenir pour chaque postier », a décidé de signer deux volets sur trois du nouveau texte présenté par La Poste. Pour FO, cette division en trois parties est une avancée. De plus, la direction renonce à élargir le périmètre de mutation des postiers au-delà de 30 km.
  • Pour le groupe, ces 3 accords traduisent d’importantes innovations dans les politiques sociales de La Poste et impulsent une nouvelle dynamique d’évolution professionnelle. Ils sont le fruit d’un important dialogue social avec toutes les organisations syndicales représentatives. « La signature majoritaire de ces trois accords, historique à La Poste, démontre la volonté de construire ensemble un avenir pour chaque postier », a déclaré Sylvie François, directrice générale adjointe en charge des ressources humaines et des relations sociales du Groupe La Poste.

 

 

Mots clés associés à l'article