Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Europe, Monde > #Dialogue social > Un accord pour l’emploi des jeunes, signé par les partenaires sociaux (...)

Un accord pour l’emploi des jeunes, signé par les partenaires sociaux européens

dimanche 23 juin 2013

Actuellement, les taux de chômage des jeunes sont de 24,4% dans la zone euro et de 23,5% dans l’UE27. Les partenaires sociaux européens ont décidé de s’en saisir et après 10 séances de négociation, ont signé un « cadre d’actions » pour promouvoir l’emploi des jeunes dans l’Union européenne.

Actuellement, les taux de chômage des jeunes sont de 24,4% dans la zone euro et de 23,5% dans l’UE27. Les partenaires sociaux européens ont décidé de s’en saisir et après 10 séances de négociation, ont signé un « cadre d’actions » pour promouvoir l’emploi des jeunes dans l’Union européenne.

Les taux de chômage des jeunes dans quelques pays

Pays 2010 (en % des jeunes actifs)Avril 2013 (en % des jeunes actifs)
France 23,6 26,5
Allemagne 9,9 7,5
Autriche 8,8 8,0
Royaume-Uni 19,6 20,2 (28-2-2013)
Suède 24,8 24,7
Italie 27,8 40,5
Espagne 41,6 56,4
Grèce 32,9 62,5

Le « cadre d’actions » des partenaires sociaux

Il a été signé par tous les partenaires sociaux européens, la CES (Confédération européenne des syndicats), Business Europe (patronat privé), le CEEP (Centre européen des employeurs et des entreprises qui fournissent des services publics) et l’UEAPME (Union européenne de l’artisanat et des PME).

Par ce texte, les partenaires sociaux européens veulent promouvoir des solutions pour réduire le chômage des jeunes. Ils appellent les partenaires sociaux nationaux, pouvoirs publics et autres parties prenantes à agir ensemble et réaliser des progrès concrets en faveur de l’emploi des jeunes. Ils choisissent de promouvoir les initiatives les plus efficaces identifiées à travers l’Europe en matière de formation, transition, emploi et entrepreneuriat afin de les utiliser comme source d’inspiration pour les partenaires sociaux nationaux qui conçoivent des solutions dans leurs contextes nationaux.

Comme il s ‘agit d’un « cadre d‘actions » européen, il ne contient pas de mesures concrètes mais renvoie aux partenaires sociaux et gouvernements nationaux afin d’en faire une déclinaison concrète, avec un suivi par un bilan annuel de leurs avancées pendant les trois prochaines années. Ce qui implique une négociation au plan national.

Pendant ce temps, la gravité du chômage des jeunes a amené l’Union européenne à adopter en février 2013 une « Garantie pour la jeunesse » dotée de 6 milliards d’euros pour la période 2014-2020, qui proposera aux régions les plus touchées d’intervenir auprès des jeunes de moins de 25 ans sans emploi ni formation et de leur fournir un emploi, une formation ou un apprentissage. Ce fut un aiguillon pour la fin de la négociation des partenaires sociaux européens et cela constitue des possibilités de crédits pour la mise en œuvre.