Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Protection sociale > Famille > Une aide financière pour les aidants

Une aide financière pour les aidants

samedi 2 novembre 2019

À l’occasion du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2020, le gouvernement a annoncé une série de 17 mesures pour les aidants, en complément de celles déjà inscrites dans la loi du 22 mai 2019 [1] . Cette stratégie est pourvue d’une enveloppe de 400 millions d’euros pour 2020-2022.

Une indemnisation du congé de proche aidant

La mesure principale est l’indemnisation du « congé de proche aidant » (article 45 du PLFSS). Pour aider à la conciliation entre la vie personnelle et la vie professionnelle des aidants qui travaillent (61 %), une indemnisation sera créée qui pourrait être à hauteur de 43 euros par jour pour une personne en couple et 52 euros pour une personne seule, comme l’allocation de présence parentale pour enfant malade. Elle aura une durée maximum de trois mois au cours de la vie professionnelle, pourra être fractionnée en jours ou en semaines et ouvrira des droits à la retraite. Pourront la percevoir les salariés, les agents publics et les non salariés. Ce à partir du 1er octobre 2020 au plus tard. Elle sera versée par les CAF et la MSA, pour un montant estimé à plus de 100 millions par an.

Parmi les autres mesures annoncées, on notera l’augmentation de la capacité d’accueil des « lieux de répit », afin de prévenir l’épuisement et l’isolement des aidants et la mise en place d’un numéro gratuit et d’une plateforme internet.
Quand il s’agit de jeunes aidants encore scolarisés, une sensibilisation du personnel de l’Éducation nationale sera organisée pour repérer et orienter les mineurs aidants ainsi que pour aménager les cours et examens des étudiants aidants.

Un premier bilan de l’indemnisation sera présenté au Parlement pour le 1er janvier 2022.

Si un congé et une allocation d’une durée maximum de 3 mois seront loin de résoudre les situations d’aidants de personnes dépendantes pour une longue durée, elle est destinée à permettre de passer les périodes particulièrement difficiles, le temps de trouver des solutions plus pérennes. L’ensemble des mesures complémentaires devrait être intégré dans le projet de loi sur le grand âge et l’autonomie qui doit être annoncé avant la fin de l’année.


Source

Note

(1)