Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Protection sociale > Chômage > Une évaluation de l’accompagnement renforcé des licenciements économiques

Une évaluation de l’accompagnement renforcé des licenciements économiques

dimanche 6 mai 2012

D’après les Echos, Opinion Way a interrogé 1000 bénéficiaires de CTP (Contrat de transition professionnelle) et de CRP (convention de reclassement personnalisé), sortis au plus tard du dispositif en juin 2011. On sait que ces deux formules d’accompagnement renforcé, destinées à faciliter le reclassement des licenciés économiques, ont fusionné depuis dans le contrat de sécurisation professionnelle.

Que dit cet échantillon ? Dans une conjoncture de marché du travail très difficile, 62 % des bénéficiaires ont retrouvé une activité professionnelle et 54 % sont en une situation durable (plus de six mois) : 33 % sont en CDI, 9 % en CDD de plus de six mois, 9 % ont créé leur entreprise, 3 % suivent une nouvelle formation.

Pour ceux qui ont suivi une formation (durée moyenne de 216 heures), 56 % des personnes ont retrouvé une activité en moins de six mois, même si un quart est précaire (des CDD de moins de six mois). Cependant, près de trois bénéficiaires sur dix sortis de formation il y a plus de deux ans ne sont pas en activité. Pourtant, les formations ont été jugées satisfaisantes à une très large majorité et 6 sur 10 ont débouché sur une certification, un titre ou un diplôme. Au final, 59 % des bénéficiaires ont changé de secteur d’activité et 41 % de métier.

Si la plupart ont trouvé une solution sans déménager et sans trop accroître leurs temps de trajet, ils ont accepté des sacrifices financiers : la moitié gagne moins qu’avant, les femmes et les seniors notamment ; un quart seulement gagne davantage.

C’est dire si les personnes concernées ne rechignent pas aux efforts pour s’en sortir.