Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Conditions d’emploi > Formation Qualification > Contrat de professionnalisation 2009

Contrat de professionnalisation 2009

jeudi 9 septembre 2010

Baisse des entrées en contrat de professionnalisation, ce bilan 2009 montre bien l’impact de la crise.

Baisse des entrées en contrat de professionnalisation en 2009.
En 2009, 146 000 entrées en contrat de professionnalisation ont été enregistrées contre 179 000 en 2008 et 170 500 en 2007, soit une diminution de - 18 %. Cette baisse est plus marquée au premier semestre 2009 qu’au second.

En effet, dans un contexte de très forte contraction de l’emploi salarié marchand, les entrées reculent de - 38 % au premier semestre contre - 5 % au second. Ces jeunes de moins de 26 ans représentent 84 % des contrats de professionnalisation conclus, soit + 2 points par rapport à 2008.
Pour lutter contre cette chute, l’État a adopté le 24 avril 2009 un plan d’urgence pour l’emploi des jeunes de moins de 26 ans, du 24 juin 2009 au 30 juin 2010, prolongé jusqu’en fin 2010. De même qu’il institue un zéro charges pour les apprentis et une aide forfaitaire pour tout apprenti supplémentaire, il comprend une aide forfaitaire pour chaque embauche en contrat de professionnalisation de 1 000 € en général, 2 000 € pour certains publics particuliers.
Si la baisse a ralenti au 2è semestre 2009, elle a continué au 1er trimestre 2010 et la reprise commence seulement à intervenir au 2è trimestre 2010 : + 12 %, mais par rapport à un 2è trimestre 2009 en très forte chute.

Portrait des jeunes en contrat de professionnalisation
Le secteur tertiaire est le principal utilisateur de contrat de professionnalisation, représentant 79% des entrées en 2009. Les entrées en contrat de professionnalisation sont plus concentrées dans les petits établissements : 42 % des nouveaux contrats ont été signés dans les établissements de moins de 10 salariés en 2009, soit + 4 points par rapport à 2008. 88 % des contrats de professionnalisation sont des CDD.
Les CDI, moins fréquents, s’adressent à un public de plus en plus qualifié, d’un niveau égal ou supérieur au baccalauréat. 32 % des contrats de professionnalisation font suite à la scolarité ou à un contrat de formation en alternance, 30 % à une période de chômage et 16 % suite à un contrat non aidé.
Le contrat de professionnalisation est sanctionné par une qualification reconnue.

En 2009, 64 % des nouveaux contrats de professionnalisation préparent à un diplôme ou titre homologué mais 48 % des contrats dans l’industrie préparent à une qualification de branche.
Ces diplômes sont particulièrement préparés par les jeunes de 16 à 20 ans qui bénéficient de contrats longs (plus de 12 mois) et représentant 34 % des entrées. D’ailleurs, la durée de la formation augmente (29 % de la durée, pour une obligation entre 15 et 25 %), notamment pour les formations de plus de 500 heures (56 % des contrats).

Outre la crise financière et économique, il reste à tenter de trouver les raisons de cette baisse : entreprises peu disponibles, effort des professions et des OPCA insuffisants ?