Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Dialogue social > Fonctions publiques > L’évolution des métiers de la fonction publique dans la perspective d’une (...)

L’évolution des métiers de la fonction publique dans la perspective d’une réforme

mercredi 15 mai 2019

Que sait-on des métiers de la fonction publique au-delà des clichés et des promesses de campagne ? Comment évoluent-ils et comment devraient-ils évoluer ? Le statut de la fonction publique est-il toujours pertinent et quel est l’impact du numérique et des défis environnementaux, la fonction DRH est-elle enfin une réalité… ? Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur ce thème, le CESE (conseil économique, social et environnemental) le révèle dans un avis récemment adopté alors que les débats parlementaires débutent sur l’adaptation de la fonction publique.

Cinq millions et demi de personnes travaillent dans la fonction publique

Elles représentent 19,9 % de la population active. Parmi ces personnels, plus de 80 % sont des fonctionnaires titulaires, mais l’augmentation de l’emploi contractuel est une tendance régulière dans les trois versants de la fonction publique. Ces cinq millions de personnes occupent un emploi dans plusieurs centaines de métiers répertoriés dans des structures très différentes, des collectivités territoriales à l’État ou aux établissements publics et dans des domaines d’action très divers. Aujourd’hui, comme hier, s’interroger sur les métiers de la fonction publique c’est aussi réfléchir au rôle que doivent tenir dans la mise en œuvre de notre contrat social les personnes qui les occupent. Car, « la fonction publique constitue un outil essentiel de cohésion sociale, à travers son réseau d’agentes et d’agents, au service de l’intérêt général » souligne le CESE.

Le statut de la fonction publique permet une adaptabilité permanente mais le travail des personnels doit être reconnu

À rebours de certaines expressions politiques et médiatiques, le CESE considère que les principes qui régissent les services publics et la fonction publique donnent à celle-ci « une capacité d’adaptation suffisante pour répondre aux missions, par nature évolutives, assignées à l’État et aux collectivités territoriales ».

Certes, l’évolution des métiers qui en découle « implique des transformations, des créations, voire l’extinction de certains métiers », affirment les auteurs. Toutefois, ils demandent aux pouvoirs publics de mieux faire en reconnaissant davantage le travail des personnels et le sens de leur mission et de mieux accompagner leur évolution professionnelle.

S’adapter, répondre aux changements sociétaux ou techniques et rendre les emplois attractifs

Le CESE préconise qu’à l’évolution des missions de service public réponde une évolution des métiers de la fonction publique lorsque les besoins de la population et des territoires changent et lorsque de grands changements sociétaux apparaissent. Le numérique et les transitions écologiques sont particulièrement évoqués. Et cela alors que l’on constate des conditions de recrutement inégales selon les métiers, révélant des problèmes d’attractivité dans certains secteurs ou des afflux de candidatures qualifiées dans d’autres.

Des leviers concrets, visant à assurer une bonne gestion des ressources humaines

  • Un dialogue social renouvelé Le CESE considère ainsi comme prioritaire de « définir et renforcer le dispositif de gouvernance de la fonction publique en s’appuyant sur un dialogue social renouvelé ». Car, souligne-t-il, de telles évolutions ne peuvent advenir sans partir d’un constat réaliste et partagé entre partenaires sociaux de la fonction publique. Dans ce cadre, le dialogue social de la fonction publique doit tenir compte de la double nature de la mission de l’État et des collectivités territoriales - à la fois pouvoirs publics et employeurs responsables de la gestion de femmes et d’hommes au service de l’intérêt général.
  • Un organisme opérationnel Pour piloter le dispositif, il recommande de créer un « organisme opérationnel » chargé de trois missions : « Le développement des compétences et des qualifications professionnelles suivant des objectifs partagés par les trois versants de la fonction publique », « la formation continue de la fonction publique de l’État » et « la prospective de l’évolution des métiers ».
  • Un renforcement de la fonction RH Les auteurs de l’avis identifient plusieurs leviers visant à « renforcer la fonction RH » pour assurer une gestion des ressources humaines « respectueuse des métiers, des qualifications et des compétences des personnels » au plus près de ce qu’ils vivent. Ils proposent en particulier de faciliter les mobilités professionnelles et mettent l’accent sur « les missions d’avenir du service public dans une phase de transition numérique et écologique ».
En conclusion, en réaffirmant la solidité des principes qui régissent la fonction publique que sont le statut, l’égalité, l’indépendance, la responsabilité, la neutralité et la laïcité, cet avis rappelle que les métiers de la fonction publique n’ont jamais cessé d’évoluer pour répondre aux attentes des citoyens.

Alors que se profile une énième réforme de la fonction publique, cet avis doit être source d’inspiration pour garantir la qualité du service public à travers la reconnaissance de ses personnels.



Source
https://www.lecese.fr/sites/default/files/pdf/Avis/2018/2018_31_metiers_fonction_publique.pdf