Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Protection sociale > Santé > Le dossier médical partagé : une avancée à encourager

Le dossier médical partagé : une avancée à encourager

mercredi 28 novembre 2018

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a lancé le 6 novembre la généralisation du dossier médical partagé (DMP). Avec ce carnet de santé numérique chaque personne garde disponibles en permanence ses informations de santé de manière confidentielle et sécurisée. Elle peut les partager avec les professionnels de santé autorisés et cela facilite ainsi sa prise en charge en cas d’urgence. Tout ce qu’il faut savoir pour que chacun puisse désormais ouvrir son DMP.

Un principe

Le DMP est gratuit, confidentiel, sécurisé et basé sur le volontariat. Il permet de conserver et de mettre à jour l’histoire médicale des patients grâce aux informations déposées, avec leur accord, par les médecins, les laboratoires de biologie ou de radiologie, les services d’hospitalisation, les infirmières…

Partage et confidentialité

Le dossier médical partagé est la mémoire de la santé du patient. Il est accessible sur tout le territoire notamment via une application mobile. Il centralise toutes les informations concernant le suivi et les soins des patients (examens, radios, traitements médicamenteux, allergies, comptes-rendus d’hospitalisation…) et les met à disposition des professionnels nommément désignés par le patient. C’est en effet le patient qui donne son accord à chaque professionnel de santé souhaitant consulter son dossier. Il peut aussi en bloquer l’accès s’il le souhaite. À l’hôpital chaque membre de l’équipe de soins peut y accéder mais chacun doit s’identifier individuellement.

Les professionnels de santé peuvent accéder au DMP via leur carte de professionnels de santé mais les laboratoires pharmaceutiques, les mutuelles, assurances ou banques ne peuvent y accéder.

Son intérêt

Plus d’oubli ni de perte de son dossier médical et de son historique de soins. Le DMP va favoriser la coordination et la continuité des soins. Il permet aux professionnels de partager les informations sans être obligés en permanence de recommencer un dossier médical. Il est intéressant pour tous les patients et primordial pour ceux qui souffrent d’une maladie chronique ou de longue durée.

Une fois créé, le dossier reçoit de l’assurance-maladie l’historique des prescriptions et soins des 24 derniers mois.

Le DMP permet un gain de temps précieux en cas d’urgence. Finalement il génèrera des économies pour l’assurance-maladie en évitant les actes redondants et inutiles. Il facilitera aussi la prise en charge des patients par les jeunes médecins qui s’installent.

Le rôle du patient est valorisé

Le patient crée le DMP, il peut l’enrichir avec des informations utiles comme ses allergies, les personnes à prévenir en cas d’urgence. Il peut aussi déposer des photos ou des PDF de ses documents de santé… Le patient peut consulter ses données de santé à tout moment.

Comment créer son dossier médical partagé ?

  • Le patient le crée en ligne sur le site dmp.fr, géré par l’Assurance-maladie. Sur ce site on signale la liste des régimes autorisés à la création du DMP,
  • En pharmacie ou auprès d’un professionnel de santé équipé d’un logiciel adapté,
  • À la CPAM (caisse primaire d’assurance maladie) ou dans ses services.

Une attention toute particulière devra être portée par les pouvoirs publics sur la confidentialité des données communiquées et la sécurisation du système. Enfin, même si le médecin traitant n’est pas le seul acteur pour l’ouverture du DMP, il joue un rôle fondamental et tout devra être fait pour lui permettre d’être un acteur « agissant ».

En conclusion, la généralisation souhaitée par le gouvernement et les professionnels est ambitieuse. L’objectif est de passer de 1,9 million de dossiers aujourd’hui à 40 millions d’ici 2020. C’est possible au regard des expériences européennes concluantes comme en Espagne et en Estonie. Maitrisé par le patient, il pourra lui permettre un meilleur suivi.