Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Protection sociale > Retraite > Les Français et la future réforme des retraites

Les Français et la future réforme des retraites

samedi 16 mars 2019

La concertation a repris pour un dernier round, quelques ballons d’essai sont parus dans la presse, mais le Haut commissaire s’est donné encore quelques mois avant de tracer des projets précis. Volonté de simplification et d’équité (« chaque euro cotisé doit donner les mêmes droits à la retraite »), mais aussi équilibre financier assurant la pérennité du dispositif à long terme, tels sont les objectifs affichés. Mais plusieurs questions sont redoutables (droits non contributifs, droits familiaux, passage d’un dispositif actuel à un nouveau… entre autres). Face à ces perspectives, le positionnement des Français est un élément clé pour un aboutissement positif de la réforme. Deux sondages sont venus nous éclairer sur leurs opinions et si leurs chiffres diffèrent parfois de quelques pour cents, les tendances des réponses sont très concordantes.

Les Français jugent sévèrement le système actuel de retraite

Pour 59 % des Français, dit Elabe, le système actuel fonctionne mal. Les plus critiques sont les classes populaires (72 %), les actifs (65 %), les 18-24 ans (62 %). 64 % le trouvent injuste, à commencer par les femmes, les actifs et les ouvriers et employés, et même les plus rétifs au changement le critiquent …tout en craignant de perdre au change. En fait, seuls 43 % pensent que « ça marche bien », les retraités en tête (57 %).

Aussi, une majorité pense qu’une réforme est indispensable, d’après le baromètre des Décideurs, dans le but de pouvoir continuer à financer les retraites à l’avenir, en particulier les ¾ des indépendants, et avec une nette différence entre salariés du privé, en majorité favorables, et les fonctionnaires qui ne sont qu’une minorité à la souhaiter. Mais quelle réforme ?

Ils sont favorables à un système universel à points

Dans le sondage d’Elabe, le positionnement des Français est clair : les 2/3 sont favorables à un système universel à points. Et la suppression des régimes spéciaux est approuvée par 63 % des réponses. Ceux qui soutiennent le plus (> aux 2/3) sont les artisans et commerçants, les + de 64 ans, les 18-24 ans, les retraités, les cadres. Entre 60 et 50 % de réponses favorables seulement, se trouvent les CSP modestes, les 50-64 ans (proches de la retraite) …et les fonctionnaires (50 %).

Les répondants pensent que le système universel par points sera plus simple (71 %, notamment pour suivre ses cotisations tout au long de la carrière), plus équitable (64 %), et permettra une meilleure prise en compte des carrières longues, métiers pénibles ou handicap (62 %).

Cependant ils expriment deux inquiétudes principales

La première inquiétude concerne l’âge de départ en retraite : 69 % craignent son recul (Elabe) alors que près des 2/3 (Viavoice) tiennent au maintien de l’âge minimum actuel.

Plus de la moitié craint une baisse du niveau des retraites dans l’avenir, non seulement par la valeur du point et l’évolution qui lui serait donnée, mais aussi par des révisions des majorations pour 3 enfants, le passage des réversions sous conditions de ressource et un système de décote sur la pension de base du même type que celle des retraites complémentaires pour décaler l’âge des retraites.

Ainsi, si les Français sont pour l’instant dans une opinion positive sur le dossier de la réforme des retraites, les réponses du projet de réforme sur les questions sensibles seront déterminantes, en particulier pour ceux qui expriment le moins de soutien et le plus de craintes qui sont en particulier les catégories socioprofessionnelles modestes, les femmes et les salariés du secteur public.


Sources