Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Europe, Monde > #Institutions > Travailler pour bâtir un monde meilleur

Travailler pour bâtir un monde meilleur

samedi 9 mars 2019

2019 marque le centenaire de l’OIT (Organisation internationale du travail). Cette organisation a su garder sa formation tripartite, composée de 187 États membres, avec sa représentation des gouvernements, des employeurs et des travailleurs pour chacun d’eux. Ces États membres sont de plus en plus nombreux à appliquer les 200 conventions et protocoles négociés : IPEC (travail des enfants), PAMODEC (droits fondamentaux au travail), Forced Labor (travail forcé)… Pour fêter ses 100 ans et fonder la poursuite de son action sur la mise en œuvre adaptée au travail du XXIème siècle de ses valeurs et de ses objectifs, l’OIT présente le rapport de sa Commission mondiale sur l’avenir du travail « Travailler pour bâtir un avenir meilleur » avec ses propositions sur l’avenir du travail, le contenu et le statut de celui-ci. Il sera examiné par la session du centenaire de la Conférence internationale du Travail en 2019.

Un constat sur les nouvelles formes du travail et ses conséquences. Les progrès technologiques (automatisation, robotique, intelligence artificielle) vont créer de nouveaux emplois et en supprimer d’autres. 190 millions de personnes en 2018 sont au chômage dans le monde (65 millions de jeunes), 300 millions de travailleurs sont pauvres (vivant avec moins de 1,7 euro par jour), 2 milliards de personnes sont dans l’emploi informel, plus d’un tiers de la main d’œuvre mondiale travaille plus de 48 heures par semaine, les écarts de salaires entre les hommes et les femmes persistent, mais « le monde du travail connaît des changements sans précédents et des défis exceptionnels ».

Un programme d’action centré sur l’humain. L’objectif est de « renforcer le contrat social en plaçant les hommes et les femmes, et le travail qu’ils accomplissent, au centre de la politique économique et sociale et des pratiques des entreprises » pour assurer :

  • « Une protection sociale universelle de la naissance à la vieillesse » à travers un socle garantissant :
  • « Un niveau de protection de base à tous ceux qui en ont besoin, complété par des régimes d’assurance sociale contributifs offrant des niveaux de protection sociale accrus ».

Une garantie universelle pour les travailleurs : afin de permettre à ces derniers de jouir de leurs droits fondamentaux que sont :

  • « Un salaire assurant des conditions d’existence convenables », un temps de travail limité, la sécurité et la santé au travail par une meilleure qualité de vie professionnelle.
  • La durée du travail. « Poursuivre les efforts pour mettre en place une limitation de la durée du travail », avec des garanties pour créer de véritables choix en matière de flexibilité et de maitrise des horaires de travail.
  • La maitrise du temps. « La renforcer en donnant aux travailleurs une plus grande autonomie s’agissant de leur temps de travail, notamment en utilisant la technologie (le télétravail) ».

Un programme de transformation assorti d’objectifs mesurables en matière d’égalité des genres. D’un congé parental à l’investissement dans les services publics de soins, « les politiques doivent favoriser le partage des activités de soins non rémunérées au sein du foyer pour créer une réelle égalité de chances sur le lieu de travail. Renforcer le rôle et la voix des femmes, éliminer la violence et le harcèlement au travail, et mettre en œuvre des politiques de transparence salariale sont des conditions préalables à l’égalité des genres ».

Un « droit universel à la formation » tout au long de la vie : en renforçant l’apprentissage. « Cela comprend l’apprentissage formel et informel, depuis la petite enfance et l’éducation de base jusqu’à l’éducation et la formation des adultes. Les gouvernements, les travailleurs et les employeurs, ainsi que les établissements d’enseignement, ont des responsabilités complémentaires dans la mise en place d’un écosystème d’apprentissage tout au long la vie efficace et financé de manière appropriée », revendique la Commission sur l’avenir du travail.

Accompagner davantage les individus durant les phases de transition du monde du travail : au niveau institutionnel et politique, à commencer par les jeunes diplômés et les travailleurs âgés. « Tous les travailleurs auront besoin d’un accompagnement face aux transitions de plus en plus nombreuses du marché du travail qui jalonneront leur vie. Les politiques actives du marché du travail doivent être proactives, et les services publics de l’emploi doivent être développés ».

Une représentation collective des travailleurs et du dialogue social. L’OIT recommande aux gouvernements « d’assurer la représentation collective des travailleurs et des employeurs dans le cadre du dialogue social, en tant que bien public au cœur de la démocratie ». D’après le rapport :

  • « Tous les travailleurs doivent jouir de la liberté syndicale et de la reconnaissance du droit à la négociation collective, l’État étant le garant de ces droits ».
  • « Les organisations de travailleurs et d’employeurs doivent renforcer leur légitimité représentative grâce à des techniques d’organisation novatrices qui s’adressent à ceux qui sont engagés dans de nouveaux modèles d’entreprise, notamment par l’utilisation de la technologie ».

Parmi la dizaine de recommandations, l’OIT préconise de mettre la technologie « au service du travail décent » en gardant l’IA (intelligence artificielle) « sous contrôle humain », en mettant en place un « système de gouvernance internationale » pour les plateformes de travail numériques, en établissant une règlementation en matière d’utilisation des données et des algorithmes dans le monde du travail.

La Commission mondiale sur l’avenir du travail de l’OIT considère que son rapport n’est qu’une première étape. Le cheminement doit se poursuivre avec la participation la plus large possible, aux niveaux national et international. « Nous recommandons vivement à toutes les organisations concernées du système multilatéral d’étudier les moyens de renforcer le travail de fond qu’elles mènent conjointement pour mettre en œuvre les recommandations présentées dans ce rapport ».

Référence