Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Environnement économique > Emploi > Dynamique de croissance de l’emploi : le rôle central des jeunes entreprises (...)

Dynamique de croissance de l’emploi : le rôle central des jeunes entreprises dans la création d’emploi

samedi 1er novembre 2014

Compte tenu de l’importance du chômage, de la faible croissance dans de nombreux pays, la problématique de la création d’emploi est cruciale pour concevoir des politiques pertinentes et plus efficaces.

Pour y parvenir, au-delà de l’évolution générale de l’emploi, il faut aussi de connaître les dynamiques liées aux flux de création et destruction d’emplois dans les entreprises selon leur type, jeunes ou plus anciennes, petites ou grandes, nouvelles, existantes ou en fermeture.

Ce sujet crucial pour l’appui aux politiques d’emploi a fait l’objet de nombreux travaux de recherche. Pour la première fois, l’OCDE vient de concevoir un modèle d’étude, DynEmp, pour évaluer les dynamiques de l’emploi des entreprises dans 17 pays de l’OCDE et le Brésil (selon, notamment, la durée de création de l’entreprise, sa taille…). Ce travail a consisté dans une première phase à mettre en place dans ces pays un système de collecte d’informations à partir des registres nationaux des entreprises sur la période 2001-2011.

Parmi les premiers résultats qui viennent de faire l’objet d’une publication (OCDE, The Dynamics of employment growth, Policy paper n°14 *) et à ce stade expérimental, on peut particulièrement noter :

  1. que parmi les petites et moyennes entreprises, les plus jeunes entreprises jouent un rôle central dans la création d’emploi, la croissance et l’innovation (concentrant par ailleurs le plus d’activités nouvelles) ;
  2. de notables différences par pays. En effet dans certains pays les petites entreprises sont les plus anciennes et d’autre part une baisse de la création de start up a été observée dans d’autres pays ;
  3. les travaux ont démontré qu’au cours de la crise financière, les nouvelles entreprises ont été les plus affectées mais que les emplois ont surtout été détruits par les entreprises traditionnelles.

Les auteurs notent que les politiques publiques peuvent contribuer à libérer le potentiel des jeunes entreprises innovantes en leur permettant d’expérimenter de nouveaux modèles d’entreprise et en ciblant les ressources vers les entreprises les plus productives. Les réformes structurelles - par exemple améliorer le fonctionnement des marchés des produits, du travail et des capitaux, ainsi que la promotion de lois sur la faillite qui ne pénalisent pas trop l’échec – demeurent essentielles.

Ce travail très prometteur, va faire l’objet d’un renforcement afin d’améliorer la compréhension des liens entre dynamiques de l’emploi, croissance et productivité.


* Voir (en anglais) :
http://www.oecd-ilibrary.org/