Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Conditions d’emploi > Rémunération > Février 1950 : Création du SMIG

Février 1950 : Création du SMIG

dimanche 7 février 2010

La création du SMIG (salaire minimum garanti) fait suite à un long blocage des salaires pendant une douzaine d’années.

Il n’y avait pas, avant-guerre, de salaire minimum, la revendication s’orientait plus vers la négociation de salaires minimaux dans les branches pour chaque région. Le régime de Vichy, lui, avait prévu un salaire minimum vital, fixé par le gouvernement, différencié selon le coût de la vie en régions, correspondant au minimum vital d’un travailleur non qualifié, auquel devait s’ajouter la rémunération de la qualification professionnelle.

Au sortir de la seconde guerre mondiale, la loi du 11 février 1950, outre qu’elle rend aux partenaires sociaux la possibilité de négocier des conventions collectives, crée le SMIG. Il était fixé par décret après consultation de la Commission supérieure des conventions collectives, avec le système des zones selon le coût de la vie des régions. En 1950, il fut fixé à 78 F (2,03 €) par heure pour la région parisienne et 64 F(1,66 €) pour la zone la plus faible*.

En raison de la forte inflation pendant la période de reconstruction, une loi de 1952 créa le système d’évolution du SMIG en fonction de la hausse des prix (à chaque hausse des prix de 5 % d’abord, de 2 % à partir de 1957).

Mais cette période de croissance a permis aux salaires moyens de s’élever plus vite que les prix. Le décalage croissait. Ce fut la raison du passage au SMIC (salaire minimum interprofessionnel de croissance) en 1970 qui lui évoluait en fonction de la hausse des prix et de celle du salaire moyen. (le SMIC est à 8,86 € au 1er janvier 2010)