Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Environnement économique > Economie > La place du e-commerce en France et en Europe

La place du e-commerce en France et en Europe

samedi 23 mai 2015

En 2013, le e-commerce grand public représentait 87 000 emplois directs en France, plus de 2 millions en Europe, directs et indirects.

En Europe

En 2013, 38 % des entreprises européennes ont fait des e-achats et 18 % des entreprises ont réalisé des e-ventes. Ces ventes par électronique représentent 15 % du chiffre d’affaires des entreprises de 10 salariés et plus, chiffre stable ces dernières années. Elles passent par le web ou se font de plus en plus entre entreprises – industrielles et de construction en particulier -, par échange de données informatisées (EDI). Les achats des consommateurs privés ne correspondent qu’à 2 % de leur chiffre d’affaires au total.

Bien sûr, les grandes entreprises participent plus au e-commerce que les moyennes et les petites : beaucoup de toutes tailles achètent par le e-commerce, mais les ventes et le chiffre d’affaires provenant du e-commerce sont d’importance descendante en fonction de leur taille.

L’importance des ventes électroniques et de la part du chiffre d’affaires varie beaucoup selon les pays : la part de chiffre d’affaires va de 2 % en Grèce à 52 % en Irlande, en passant par 29 % pour les entreprises tchèques et 20 % pour la Hongrie et le Royaume-Uni.

En France

Le e-commerce en France représente 16 % du chiffre d’affaires des entreprises, avec 57 milliards d’euros auprès des consommateurs internautes en 2014 (51 milliards en 2013) et 157 500 sites marchands (+20 000 par rapport à 2013). Les ventes des produits grand public comme les ventes aux professionnels ont augmenté de 9 % en 2014. Mais cela concerne seulement 26 % des entreprises pour les e-achats et 15 % pour les e-ventes. Les entreprises exclusivement de vente en ligne dominent, représentant plus de la moitié du nombre d’acteurs et du chiffre d’affaires. On les trouve d’abord dans le domaine de l’habillement-chaussure et des produits culturels et de tourisme.

Ces chiffres placent la France au 3ème rang européen, derrière le Royaume-Uni et juste après l’Allemagne.

Des emplois en croissance

Cette nouvelle forme de commerce est à l’origine d’un nombre important d’emplois, pour la conception et la création des sites web, le web marketing et la relation client, les salariés des e-commerçants, de la logistique et autres prestataires… mais aussi par de nombreux indépendants ou petits commerçants : des types d’emplois et de conditions de travail très variés, des métiers de création, de technique numérique ou marketing, d’animation, de production, de logistique ou de manutention. Ces derniers sont des métiers souvent durs. Les emplois du e-commerce sont tant des emplois pour des diplômés du supérieur (IUT, écoles de commerce, universités) que pour des salariés peu qualifiés. Et le recrutement privilégie les jeunes.

En 2013, le e-commerce grand public représentait 87 000 emplois directs en France, plus de 2 millions en Europe, directs et indirects.


Sources :